Ad Top Header

La "Jeunesse Consciente" accuse la Coalition de sabotage

By November 15, 2018 151

Le Mouvement Jeunesse Consciente du Togo (MJCT) s’allie au Mouvement Citoyen pour la Démocratie (MCD) en exhortant les militants de l’opposition à se faire enrôler les 16, 17 et 18 novembre prochains. Le Mouvement que préside Victoire Ametsyo a invité jeudi les citoyens togolais qui ne se sont pas fait recenser dans le délai réglementaire à profiter de la prorogation des trois jours supplémentaires pour se rattraper. L’organisation demande par ailleurs aux jeunes à ne plus se laisser manipuler par les politiques qui les appellent à manifester.

Devant la presse, le MJCT a manifesté son indignation face au refus de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise d’intégrer la CENI. Il accuse la C14 de faire du dilatoire et lui rappelle que c’est en étant à la CENI que ses représentants peuvent dénoncer les irrégularités et les manquements s’ils les constatent.

De ce fait, le Mouvement salue la prorogation des trois (03) jours supplémentaires de recensement électoral qui démarre le 16 Novembre prochain et invite les citoyens togolais qui n’ont pas eu la chance de se faire enregistrer à sortir massivement pour accomplir leur devoir civique.

Se prononçant sur le projet de loi constitutionnel pris en Conseil de ministre le 09 novembre dernier, le MJCT pense que c’est une volonté du gouvernement d’implémenter la feuille de route de la CEDEAO.

« Le MJCT pense que ce sont des avancées remarquables qui malheureusement sont entachées de vives critiques de la part de la coalition des 14 partis de l’opposition. Nous trouvons cette attitude de la C14 d’incivique et dénonçons un complot visant à faire échouer tous les efforts entrepris par la CEDEAO dans le but de régler définitivement la crise togolaise », a indiqué Rachel Hounkpati, la secrétaire du MJCT.

Ces jeunes disent craindre un  retour à la case de départ de la crise. Ils  expriment leur soutien indéfectible au processus électoral et encouragent tous les acteurs à faire en sorte qu’il aille à sa fin le 20 décembre 2018, date fixée par les Chefs d’Etats de la CEDEAO pour l’organisation des élections législatives.

Le Mouvement appelle les jeunes à se démarquer de toutes sortes de manifestations politiques et convie le gouvernement à faire accélérer les procédures judiciaires et à étudier la possibilité des mesures de clémence additionnelle en faveur des manifestants détenus.

OTR