1

Les femmes enseignantes réclament plus de postes de management

Le ministère des enseignants primaire, secondaire et de la formation professionnelle joue les prolongations dans le cadre la célébration de la journée internationale des droits de la femme. Jeudi, les femmes de ce département ont tenu à Lomé une rencontre d’échanges. L’idée est de réfléchir à des stratégies pour améliorer le respect des droits des femmes et de leur permettre d’accéder un peu plus aux postes de responsabilités au Togo en général et au niveau de ce ministère en particulier.

Selon les données officielles, c’est le ministère des enseignements primaire et secondaire qui renferme le plus gros effectif des femmes fonctionnaires du Togo.

Le thème choisi pour la journée de réflexion tenue à Lomé jeudi est : « La professionnalisation de la femme enseignante ». En effet, un audit réalisé au ministère des enseignements primaire et secondaire a révélé beaucoup d’écarts entre les femmes et les hommes notamment en matière de management.

L’audit révèle que seulement 6% de femmes de ce département occupe des postes management. De même, sur les 10 directeurs centraux que compte le ministère, il n’y a qu’une femme.

{loadmoduleid 210}

Prenant la mesure de la situation, les femmes des enseignements primaire et secondaire ont décidé de réfléchir et faire un plaidoyer en direction du premier responsable pour une meilleure promotion de la femme.

« Nous savons aussi qu’avant de prétendre aux postes de responsabilités, il faut que nous ayons les compétences requises et la capacité qu’il faut. Grâce au thème choisi, nous allons relever les contraintes et leur trouver des solutions afin de nous impliquer davantage dans la gestion des affaires du ministère », a expliqué Hadabiya Kpedji, la responsable Cellule genre du ministère des enseignements primaire et secondaire.

Intervenant dans le cadre de cette manifestation, Komi Tchakpele, le ministre en charge de ce département a estimé que la cause de la femme devrait être défendue chaque jour.

« Notre présence ici se justifie par l’intérêt que nous portons à la cause de la femme et notre foi que la femme togolaise, qui se bat déjà énormément, peut continuer les efforts en utilisant la totalité de sa potentialité pour bien participer à la politique de développement du Chef de l’Etat», a déclaré le ministre qui a salué l’initiative des femmes de son ministère.