1

L’optimisme d’Awa Nana-Daboya pour les réformes institutionnelles

Les grandes assises nationales d’échange et de partage et du Haut-Commissariat pour la Réconciliation et le Renforcement de l’Unité Nationale (HCCRUN) sur les réformes politiques et institutionnelles viennent de rentrer dans l’histoire. Du 11 au 15 juillet, acteurs politiques, cadres de la République, juristes, magistrats, organisations de la société civile et experts nationaux et internationaux  entre autre ont eu à explorer des pistes devant conduire à l’opération des réformes.

Tout calcul bien fait, cet atelier du HCCRUN est le 23ème dialogue entre togolais en vue de parvenir à un consensus pour aller vers un Etat démocratique de façon générale.

Cette fois-ci les initiateurs affirment qu’ils se sont parvenus à de nombreux points de convergences  pouvant faire bouger très bientôt les lignes. 

« Nous avons eu cinq jours de travaux intenses et ce dont nous réjouissons c’est que nous nous sommes parvenus à beaucoup de points convergents », a laissé entendre Awa Nana Daboya, Présidente du HCRRUN lors de la conférence de presse de clôture.

Les points de convergence dont parle Mme Nana-Daboya font état entre autres  d’un reformatage du dispositif parlementaire, de la nécessité de la consolidation de la place républicaine non seulement de l’armée mais aussi toutes les forces de défense et de sécurité et de la gestion des identités ethniques, régionalistes et tribalistes.

Des avis convergents, il y en a eu aussi sur la limitation des mandats et le mode du scrutin après des échanges de 48 heures. 

« La discussion sur la limitation du mandat et le mode du scrutin nous a pris deux journées sur les cinq. Sauf que comme tous les autres points cités plus haut, je ne peux pas  vous dire ici que la limitation du mandat est retenue ou pas de même que si le mode de scrutin est défini; car le rôle de notre atelier n’est pas de décider mais de proposer ou tout simplement de faire des recommandations », a ajouté Madame la Présidente. 

Tous ces points de vue identiques des participants  sont consignés dans un document de synthèse annexé au rapport final de l’atelier qui va être remis au Chef de l’Etat dans les jours à venir. 

Et quand on a demandé à l’ex présidente de la Commission Nationale Electorale de 1998, quelle garantie a-t-elle que ces propositions seront prises en compte par le Président de la République elle a laissé entendre que la garantie c’est le Chef de l’Etat l’avait déléguée comme première responsable de HCCRUN.

« Je ne sais pas ce que vous appelez par garantie mais ce que je peux vous dire c’est que la seule garantie que j’ai que ces recommandations seront prises en compte, c’est la garantie que le Chef de l’Etat a en me nommant Présidente du HCCRUN », a-t-elle agencé.

Rappelons que les échanges se sont déroulés en l’absence de l’ANC de Jean Pierre Fabre, du CDPA de Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson, du PRR de Nicolas Lawson et du PT d’Alberto Olympio qui ont eu à démontrer  que  cet atelier était un atelier de trop.