1

Kako Nubukpo: ‘Nous creusons la tombe du Franc Cfa’

Les états généraux de l’Eco ont débuté mercredi à Lomé. Ce Colloque international initié par Kako Nubukpo est organisé par l’Université de Lomé à travers la Faculté des sciences économiques et de gestion (FASEG). Il permet d’évoquer les contours de la monnaie idéale pour l’Afrique de l’Ouest. Plusieurs figures comme Lionel Zinsou ou encore Ousmane Sonko participent aux débats en présentiel et en visioconférence. La finalité est de proposer une feuille de route aux Chefs d’Etat pour l’adoption de la monnaie unique de la CEDEAO.

Les travaux de ce colloque scientifique sont axés sur le thème : « Quelle monnaie pour quel développement en Afrique de l’ouest ?» Ce colloque international offre l’occasion de faire une réflexion prospective de la future union monétaire de la CEDEAO en lien avec les différentes stratégies de développement.

« Le Colloque de Lomé sur l’ECO va mettre dans le domaine public nos réflexions d’universitaires et de différents spécialistes sur la future monnaie ouest-africaine, car l’expertise africaine doit être au service de la décision des gouvernants en Afrique. C’est en partie le sens du Colloque de Lomé», a déclaré Prof Kako Nubukpo, Commissaire de l’UEMOA à l’ouverture.

La tombe du Franc CFA

L’économiste togolais indique qu’il est nécessaire d’éclairer les décideurs en Afrique. D’où la ‘Feuille de route’ qui leur sera soumise au terme de la rencontre de Lomé.

« Nous ne savons pas que le Fcfa est déjà mort ou s’il fait semblant l’être. Mais nous sommes en train de creuser sa tombe ou à tout le moins procéder au baptême de son successeur l’Eco », a lâché Prof Nubukpo.

L’ancien Premier ministre du Bénin, Lionel Zinsou est présent à Lomé pour les travaux. Carlos Lopes conseiller de Faure Gnassingbé, Wilfrid Do Rego, Michel Nadim Kalife économiste, Achille Mbembe, Aminata Traore, Cristina Duarte, Didier Acouetey participent également aux débats.

Depuis Dakar où il se trouve bloqué, Ousmane Sonko a estimé que « quelle que soit l’option retenue, la CEDEAO doit avoir une banque centrale et la monnaie adossée à un panier de devises ». L’homme politique sénégalais invite toutefois les chefs d’Etat à ne pas s’inspirer du projet de la zone Euro mais de tenir compte des réalités des 15 pays membres de la CEDEAO.

5 différents axes sont retenus pour les débats à savoir: « Axe 1: Économie politique de l’Eco» ; «Axe 2: Policy mix de la zone Eco» ; «Axe 3 : Convergence et optimalité de la zone Eco» ; «Axe 4 : Eco et perspectives de développement de la CEDEAO», et «Axe 5: regards pluridisciplinaires (gestion, finance, droit, science politique, histoire, sociologie…) sur l’Eco».

Notons que le 14 mai dernier, en prélude aux travaux, les organisateurs ont publié un «Rapport intitulé du FCFA à l’ECO».