Les évêques catholiques du Togo Les évêques catholiques du Togo

Des Evêques à Boukpessi: "la Vérité est la chose la mieux partagée"

Written by  Fév 04, 2020

Cette fois-ci, l'Église catholique du Togo répond à Payadowa Boukpessi. Pour avoir refusé une 2è fois au Conseil Épiscopal Justice et Paix le droit d'observer les élections au Togo, la Conférence des Évêques du Togo (CET) demande au  ministre de l'administration territoriale de cesser d'insulter l'Église catholique. Pour la CET, M. Boukpessi doit chercher ailleurs les raisons qui l'ont poussé à refuser l'accréditation pour l'observation des élections à l'organe ecclésial.

Les Évêques du Togo récusent les allégations avancées par le ministre Boukpessi pour priver le CEJP d'observer la présidentielle du 22 février prochain.

S'agissant des  accusations de parti pris, la CET réaffirme qu'elle n'a jamais adopté de position partisane en faveur ou contre des partis politiques mais simplement appelé au respect de la justice et des valeurs démocratiques figurant dans la Constitution du Togo  .

Les prélats estiment que l’Eglise catholique romaine du Togo a toujours appelé tous les acteurs à placer le bien commun au-dessus des intérêts personnels ou de leurs partis politiques. Et s'il se fait que ses affirmations sont partagées par certains partis politiques, cela ne signifie nullement que la Conférence des Evêques a été mandatée par ces derniers ou s'est prononcée de connivence avec eux, mais simplement que la vérité est la chose la mieux partagée.

« Concernant les allégations de « financements obscurs », les évêques expriment leur vive indignation face à ces propos discourtois qu'ils considèrent comme une insulte adressée à l'Eglise alors que le Ministre de l'Administration Territoriale avait bien reçu le rapport d'activités du Conseil Justice et Paix où figurait un bilan clair de ses financements » a écrit la CET dans un communiqué diffusé lundi.

La réplique de la CET fait suite à la demande du ministre Boukpessi à la CENI de ne pas autoriser le CEJP à observer le scrutin présidentiel du 22 février prochain.

L’autorité qui a déjà privé le CEJP de ce droit pendant les locales du 30 juin 2019 dit douter des sources de financements et de la neutralité de l’Eglise catholique du Togo.

CENI 2020
  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer