Breaking News
MIRAMBEAU

La 'colère' des manifestants de l’opposition a semé la psychose à Lomé Featured

Written by  Louis KAMAKO et La Rédaction Oct 05, 2017

La situation a été insupportable toute la journée de jeudi à Lomé et dans une moindre mesure dans la ville de Sokodé. La marche de la colère de l’opposition s’était vite transformée en violence et voies de fait sur des citoyens non manifestants. La circulation a été sérieusement perturbée par les blocages de voies par des barricades. Les forces de l’ordre et de sécurité ont dû faire usage des gaz lacrymogènes pour rétablir l’ordre.

La marche de ce jeudi dite "marche de la colère" a pris une tournure inquiétante et crée la psychose au sein de la population.

Contrairement à la manifestation "d'ultime avertissement" déroulée hier mercredi, celle de  ce jeudi a été heurtée.

Pour cause, les marcheurs n'acceptent pas  de voir les autres citoyens restés en marge de la manifestation. Pour l'exprimer, ils se sont lancés dans la poursuite de ceux, qui malgré l'appel à manifestation, continuent en toute tranquillité leur business.

Aux marchés de Nukafu, de Hedzranawoé, de Gbossimé, de Bè notamment, les marchands ont été obligés de fermer leurs commerces et de courir sur la pointe des pieds pour s'échapper à  la colère des manifestants.

Dans presque tous les quartiers de la ville, des jeunes se réclamant de la coalition de l'opposition ont posé des barricades et empêché ainsi la circulation. L’activité était paralysée à Lomé et la ville est amorphe.

"Aujourd'hui, c'est aujourd'hui, personne n'a le droit de rester chez lui. Nous devons tous sortir pour nous retrouver dans la rue", a lancé un des manifestants.

Devant une telle situation, les forces de l’ordre et de sécurité ont été obligées d’user des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants avant de réduire les barricades.

Last modified on jeudi, 05 octobre 2017 23:33

Facebook

Fermer