Breaking News
Agbéyomé Kodjo Agbéyomé Kodjo

Agbéyomé Kodjo, pourquoi croit-il encore que les réformes seront faites ? Featured

Written by  Jui 20, 2016

Le Président national de l'Organisation pour bâtir dans l'Union un Togo Solidaire (OBUTS) croit toujours à la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles. Invité lundi de Victoire Fm, Gabriel Agbéyomé Kodjo a laissé entendre que les réformes sont encore possibles avec la mise en place de la commission de réflexion sur les réformes présidée par Awa Nana-Daboya. 

 

Selon le Président national de l'OBUTS même si le Chef de l'Etat a dit sur les antennes de la Deutsche Welle qu'il faudrait que les universitaires réfléchissent sur la question des réformes avant leur opérationnalisation, il y a  toujours de quoi  croire que celles-ci se feront. 

Agbéyomé Kodjo invite à cet effet la classe politique à savoir raison garder et faire confiance au Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l'Unité Nationale (HCRRUN). 

"Dans quelques jours, nous aurons un atelier national qui posera le problématique lié aux réformes. Si au terme de la réunion, il n’y a pas de conclusions assez fortes qui rassurent les Togolais, en ce moment-là nous pouvons nous prononcer valablement et dire que le Chef de l'Etat et sa formation politique sont hostiles aux réformes", a-t-il démontré. 

L’ancien Premier Ministre de Gnassingbé Eyadèma a prouvé par la suite que depuis la signature de l'APG s'il y avait une forte volonté politique et une organisation conséquente de l'opposition les réformes auraient été déjà opérées. 

"J’ai l’habitude de dire que lorsque l'APG a été signé en 2006, l’Assemblée Nationale qui était en activité devrait exiger que la constitution modifiée de 1992 puisse être remise  à son endroit", a ajouté M. Kodjo. L'homme interviendra au tout prochain atelier national du HCRRUN sus cité.

Il fustige les postures d’une certaine opposition qui de tout temps posé des obstacles pour que les réformes ne soient toujours pas faites. Ce qui permet désormais à Faure Gnassingbé de rester au pouvoir au-delà de 2020.

L’ancien Premier Ministre estime que dès lors qu’il n’y a aucune crainte pour le président de la République de rester au pouvoir au-delà de 2020, parce que la loi ne dispose que pour l’avenir, l’opposition doit tout mettre en œuvre pour avoir les réformes sans commettre les mêmes erreurs.

Pour lui, l’opposition doit se rassembler pour mettre en place une dynamique forte qui doit faire face au pouvoir parce que, dit-il, « la politique est une question de rapport de forces ». 

M. Kodjo dénonce la banalisation de la marche qui était par le passé un puissant instrument de pression sur le pouvoir. Il appelle à questionner les méthodes infructueuses et à reprendre celles qui ont fait leurs preuves de par le passé à l’instar de la mobilisation au niveau du Collectif sauvons le Togo (CST).

En ce qui concerne la question de la décentralisation, le patron d’Obuts demande au gouvernement d’écouter les partis d’opposition afin d’analyser la viabilité de la commune avant de procéder au découpage. Par ailleurs, il propose l’ouverture d’une filière à l’Ecole nationale d’administration (ENA) pour la formation des administrateurs de communes.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer