Breaking News
Didier A.

Didier A.

Le gouvernement togolais a adopté mercredi en Conseil des Ministres un projet de loi relatif à la loi de finances rectificative, gestion 2016. Les pouvoirs publics justifient la démarche par la conjoncture économique défavorable dans la sous-région ouest-Africaine, qui impacte négativement l’économie togolaise, la situation sociopolitique nationale qui a un impact négatif sur l’activité économique, la satisfaction des nouveaux besoins sociaux liés notamment à la fonction enseignante et l’accord triennal conclu avec le Fonds Monétaire International en mai dernier.

Mercredi s’est tenue à Lomé et dans certaines localités de l’intérieur la 2e des trois jours de manifestations prévues par la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Les manifestations se sont déroulées dans le calme à Lomé, Aného et Tchamba, notamment. Au point de départ d’Atikoumé, des manifestants ont proposé trois options à Faure Gnassingbé pour la résolution de la crise.

Le ministre togolais de la fonction publique est revenu en détails sur les mesures prises par le gouvernement en vue de l’apaisement du climat sociopolitique et pour faciliter le  dialogue attendu prochainement à Lomé. Pour Gilbert Bawara, le gouvernement togolais a toujours été ouvert au dialogue et à la concertation. Dans un entretien avec « Togo Breaking News », M. Bawara a invité les leaders de l’opposition à agir avec le sens de la retenue et de la responsabilité, à faire preuve d’ouverture et d’écoute afin que le dialogue puisse s’engager sans préalables ni exigences inconsidérées, afin d’aboutir à des résultats devant approfondir la démocratie et renforcer l’Etat de droit au Togo.

Devant la presse dans la matinée de mercredi à Lomé, la coalition des 14 partis politiques de l'opposition a fait le point de la manifestation de mardi à Lomé et dans les localités de l'intérieur du pays. Le regroupement a dénoncé la situation qui prévaut à Sokodé et à Bafilo et appelle les populations togolaises à maintenir la pression.

Plusieurs milliers de partisans de l’opposition ont manifesté dans les rues de Lomé et de plusieurs localités du Togo mardi. A l’appel de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, les manifestants ont exprimé, dans le calme, leur volonté de voir rétablir la Constitution de 1992 dans sa version originelle ainsi que l’effectivité du droit de vote pour les togolais de la diaspora. Au point de chute de la manifestation à Lomé, Jean-Pierre Fabre, le chef de file de l’opposition n’a donné aucun crédit à la volonté du dialogue affiché par les autorités togolaises.

Le parti Union pour la République (au pouvoir) s’est prononcé mardi sur les mesures d’apaisement prises par le gouvernement togolais ainsi que le dialogue dont l’ouverture est annoncée pour prochainement à Lomé. Pour le parti présidentiel, cette démarche gouvernementale est la preuve de la magnanimité et l’ouverture constante de Faure Gnassingbé.

Le Groupe des 5, qui regroupe la Délégation de l’Union Européenne, la Coordination du Système des Nations Unies, et les Ambassades d’Allemagne, de France, et des Etats-Unis d’Amérique au Togo, réagit de nouveau sur la situation togolaise. Dans une nouvelle déclaration, le groupe salue les mesures d’apaisement prises par le gouvernement et encourage les uns et les autres à participer au dialogue annoncé.

L’ambassadeur de France au Togo, Marc Vizy a été reçu mardi par le Premier Ministre, Sélom Klassou. Les deux hommes ont échangé sur les relations de coopération qui unissent la France et le Togo. La rencontre a également été l’occasion de discuter de la crise politique en cours au Togo. Le diplomate français a salué la démarche d’apaisement entreprise par les autorités togolaises.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer