Quatre étudiants de l’Université de Kara (420 km de Lomé) arrêtés le 8 mai dernier lors des manifestations pour la réclamation des bourses et allocations de secours ont été jugés vendredi par la Cour d’appel de Kara. Dans son délibéré, la Cour a décidé de les condamner à 4 mois de prison assortis de sursis. En conséquence, ces étudiants recouvrent leur liberté et peuvent désormais reprendre les cours.

Le Congé anticipé décidé par la présidence de l’Université de Kara (420 Km de Lomé) le 19 mars dernier n’aura rien résolu. Ce que craignait le professeur  Komla Sanda, le président de ce temple de savoir, est devenu réalité depuis lundi. Les étudiants de la 2e université publique du Togo ont décidé de manifester jusqu’au décaissement de la 1ère et de la 2e tranche des bourses et allocations de secours à chacun d’eux. Mardi leur assemblée générale a été empêchée par les forces de défense et de sécurité à coup de gaz lacrymogènes. On signale des blessés et des arrestations.

L’Université de Lomé a lancé vendredi un réseau social destiné à la communauté universitaire de Lomé. Dénommé Réseau social et collaboratif de l’Université de Lomé (RESCOUL), ce réseau social se veut une interface de collaboration et de partage du savoir et de la connaissance entre les différents acteurs sur le campus universitaire de Lomé. C’est le Professeur Dodzi Komla Kokoroko qui a présidé la cérémonie de lancement.

L’Association des professionnels diplômés de l’Ecole nationale supérieure d'ingénieurs (APD-ENSI) de l’Université de Lomé a effectué samedi sa rentrée sociale. Cette rentrée a été suivie de son Assemblée générale placée sous le thème : « technologie et développement à l’ère du numérique : cas du Togo ». L’association s’organise ainsi pour mieux jouer son rôle dans le développement général du Togo.

L’affaire de manipulation de notes qui a soulevé un tollé tout au long de la semaine dernière et en début de cette semaine revient sur le tapis. Dans un communiqué daté de jeudi, le gouvernement togolais a déploré les amalgames et les velléités d’instrumentalisation du dossier avant d’exclure tout lien avec la politique. Il appelle les acteurs à la retenue et estime que la lumière doit être faite afin de préserver la crédibilité et l’image de la FSS et de l’institution universitaire.

Qu’est-ce qui est arrivé à l’étudiant Kenfack Nathanaël Gabin de la Faculté des sciences de la santé (FSS) de l’Université de Lomé ? C’est la question que plusieurs personnes se posent. Depuis plus de trois semaines, l’étudiant est porté disparu et les recherches sont pour l’heure infructueuses.

Le Service de recherche et d’investigation (SRI) de la gendarmerie nationale a notifié lundi soir aux deux étudiants et au professeur Majesté Ihou-Wateba la fin de leur garde à vue. Les trois personnes qui sont poursuivies dans l’affaire dite de manipulation de notes à la Faculté des sciences de la santé (FSS) recouvrent ainsi leur liberté.

Interpellée depuis le déclenchement de l’affaire dite de manipulation de notes à la Faculté des Sciences de la santé (FSS), la Présidence de l’Université de Lomé vient de se prononcer sur le sujet. Dans un communiqué rendu public ce lundi, le Prof. Dodzi Kokoroko appelle la communauté universitaire de Lomé au calme, à la retenue et à la sérénité  et annonce un dénouement rapide de la situation.

Le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) a réagi dimanche à la convocation du Prof David Ekoue Dosseh et son fils dans les locaux du Service des Recherches et d’Investigations (SRI) de la gendarmerie nationale dans la supposée affaire de manipulation de notes à la Faculté des Sciences et de la Santé de l’université de Lomé. Pour l’organisation, la convocation de son premier porte-parole et son fils  est une preuve qu’une machine de harcèlements, d’intimidations et de menaces est mise en branle contre ses membres. Malgré cela, le Mouvement dit réaffirmer sa conviction et son engagement à aller au bout de ses objectifs.

L’affaire fait grand bruit et agite l’Université de Lomé depuis le mardi dernier après l’arrestation du premier vice-doyen de la Faculté des sciences de la santé (FSS), Majesté Ihou-Wateba. Elle cristallise encore plus les attentions après les multiples convocations du Professeur David Dosseh et de son fils par le Service des recherches et d’investigations (SRI) de la gendarmerie nationale. Vendredi, le Professeur Atchi Walla a accusé le président de l’Université de Lomé, Dodzi Kokoroko d’avoir livré ses collègues enseignants en violation des procédures internes au temple du savoir.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer