Une délégation du comité technique spécialisée de l’Union Africaine sur la décentralisation et la gouvernance locale séjourne actuellement à Lomé. Conduite par le ministre burundais de la décentralisation, Jean-Bosco Hitimana, la délégation a échangé mardi avec la présidente de l’Assemblée nationale, Yawa Djigbodi Tsegan et le Premier Ministre, Sélom Klassou. Au cours des discussions, le Togo a été invité à ratifier la Charte sur la démocratie, la décentralisation, la gouvernance et le développement local.

Le Togo a été à l'honneur au 31è sommet de l'Union Africaine dont les travaux ont pris fin lundi. Le pays de Faure Gnassingbé a pris la tête du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l'Union Africaine qui lui donne désormais le droit de faire exécuter les décisions de l'institution. Le Togo devrait également contribuer à la résolution des crises qui secouent les pays africains. D'ores et déjà plusieurs rencontres sont annoncées à cet effet dans le courant de ce mois de juillet pour la réussite de la mission à lui confiée.

Le ministre togolais des affaires étrangères a représenté mercredi à Kigali, au sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la création de la zone de libre-échange continentale, le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé. Quarante-quatre (44) pays sur 55 que compte le continent ont signé l'accord créant une zone de libre-échange continentale (Zlec). Prof. Robert Dussey a paraphé le document au nom du président togolais.

A l’occasion du 30è sommet de l’Union Africaine (UA), les Chefs d’Etat d’Afrique ont lancé le processus du Marché Unique du Transport Aérien en Afrique (MUTAA), un projet crucial de l’agenda 2063 de l’Union. Ils avaient également désigné le Chef de l’Etat togolais pour conduire le processus. Jeudi, le ministre des infrastructures et des transports, Ninsao Gnofam et le Directeur général de Société Aéroportuaire de Lomé Tokoin (SALT), le Colonel Dokissime Gnama Latta ont expliqué à la presse à Lomé  les raisons qui sous-tendent la désignation du Chef de l’Etat du Togo pour conduire un tel projet.

Le Togo a été réélu le lors de la 32ème Session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union africaine pour un second mandat au Conseil de paix et de sécurité (CPS) pour la période 2018 - 2019. Cette réélection est mise sur le crédit de l’engagement du pays pour le maintien de la paix et de la sécurité internationale dans le monde, en général, et en Afrique, en particulier.

La vague contre la vente des migrants en Libye ne s’estompe pas. A la suite de plusieurs mouvements et leaders d’opinions africains, les présidents en exercice de l’Union Africaine et de la CEDEAO lèvent la voix contre ce crime en cours depuis longtemps en Libye. Alpha Condé a exprimé son indignation et Faure Gnassingbé a dénoncé une infamie qui doit prendre rapidement fin.

Au Libéria, le processus électoral connaît quelques soucis. La Cour suprême du pays pense qu’il y a des préalables à observer avant la tenue du 2e tour du scrutin prévu pour le 7 Novembre prochain. La décision de la cour fait suite à des recours formulés par certains partis ayant pris part au 1er tour de l’élection présidentielle. Pour éviter le blocage qui se profile, les Chefs d’Etat en exercice de la CEDEAO, le togolais Faure Gnassingbé et de l’UA, le guinéen Alpha Conde ont discuté mercredi avec les acteurs politiques libériens.

Les forces démocratiques togolaises ont réagi jeudi suite au communiqué conjoint de la CEDEAO, de l’Union Africaine (UA) et du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel. Dans un communiqué diffusé jeudi, la coalition de l’opposition togolaise a fait part de son étonnement et de son indignation à la lecture du communiqué et dénonce une incohérence de la part de ces organisations.

Après avoir demandé aux protagonistes de la crise togolaise de recourir au dialogue afin de trouver un consensus sur la question des réformes constitutionnelles, la CEDEAO, l'Union Africaine et le Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le  Sahel (UNOWAS) demandent aux autorités togolaises de fixer la date du référendum susceptible de mettre le Togo en conformité avec les normes démocratiques en Afrique de l’Ouest.

Pax Africana salue l'initiative d'autofinancement de l'Union Africaine (UA). La fondation de l’ancien Secrétaire général de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), Edem Kodjo se réjouit de ce que les Africains de tous bords reconnaissent que le financement par l’UA à plus de 70% par ses partenaires étrangers est anormal et compromet toute perspective de souveraineté.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer