L’Union Economique Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) est un espace de « saine gestion économique ». C’est ce qu’a indiqué mercredi à Lomé le représentant-résident de la commission de l’institution au Togo, Raymond Assoukou Krikpeu. En 25 ans d’existence l’institution a été reconnue comme le « meilleur processus d’intégration » du continent. Mais des défis persistent dans la zone et l’UEMOA entend œuvrer davantage pour les relever.

La 10e réunion des Cellules nationales de suivi (CNS) du programme économique régional (PER) de l’UEMOA s’est ouverte lundi à Lomé. Les travaux ont été lancés par Le Secrétaire général du ministère de l’économie et des finances, Badanam Patoki. Cette réunion annuelle des CNS-PER porte sur l’examen du rapport provisoire de l’évaluation de l’Aide Budgétaire Globale (ABG) française à l’UEMOA pour le financement du Programme Economique Régional (PER).

Malgré les efforts consentis pour l’amélioration des conditions de vie et de travail dans le secteur  des mines  de l’espace communautaire, les derniers rapports montrent  que le travail décent reste toujours un grand défi à relever dans plusieurs  Etats. On n’en veut pour preuve le Togo, où à la Société Nationale des Phosphates du Togo (SNPT), par exemple les conditions de vie et de travail se dégradent au quotidien avec pour corollaire plus de 15 décès enregistrés durant l’année en cours. La situation devient préoccupante au Conseil du travail et du dialogue social de l’UEMOA qui s’active pour « arrêter l’hémorragie ».

La 20 session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) s’est déroulée lundi à Lomé. Elle a permis aux chefs d’Etat de passer en revue les situations sécuritaire, politique et économique de la zone. Les questions de l’intégration et de mise en application des critères de convergence ont été également évoquées.

Lomé accueille lundi et mardi trois rencontres importantes. Il s’agit du sommet de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), du sommet conjoint CEDEAO-CEEAC puis de la très attendue rencontre des Chefs d'Etat de la CEDEAO. Plusieurs dirigeants de pays membres de ces organisations sont arrivés dimanche à Lomé. Ils ont tous été accueillis par leur homologue togolais, Faure Gnassingbé.

La capitale togolaise accueille en début de la semaine prochaine, d’importantes rencontres de la sous-région ouest africaine. Il s’agit notamment du sommet de l’UEMOA, du sommet conjoint CEDEAO-CEEAC et de la rencontre des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO pour connaître entre autres, de la situation politique qui prévaut au Togo depuis un an. Gilbert Bawara, le point focal du gouvernement togolais vient de boucler une tournée dans 4 pays majeurs de la région. Pour le ministre de la fonction publique, il faut bien préparer les sommets et préparer les décisions qui seront prises, y compris la feuille de route de la CEDEAO sur la situation togolaise.

Les producteurs, transformateurs et commerçants ont été outillés sur le Projet d’Appui à la Structuration et Renforcement de Capacités de Gouvernance des Acteurs de la Filière Maïs et Riz au Togo au cours d’un atelier régional du 26 au 27 décembre à Atakpamé (158 km de Lomé).

En vue de permettre aux acteurs bancaires de l’espace UEMOA, de s’imprégner  des derniers textes de la BCEAO relatifs au mode de fonctionnement des banques, Cergi Banking Services, une société togolaise spécialisée dans les solutions informatiques bancaires a ouvert lundi à Lomé un séminaire régional sur les logiciels de gestion bancaire.

« UEMOA : Entrepreneuriat et Croissance », c’est sous ce thème que se déroule à Lomé depuis jeudi une conférence internationale organiqée par la Société Emergence Capital, le Think Tank Club 2030 Afrique avec le soutien de l’Agence Française de Développement (AFD) et les Young Leaders de la Fondation AfricaFrance. La conférence réunit entre autres des chefs d’entreprises, des experts et professionnels de plusieurs domaines, des start-ups de l’Afrique, etc. 

La 8e conférence des ministres de l’Emploi et de la Formation professionnelle de l’UEMOA s’est tenue vendredi à Lomé. La session a enregistré la présence des ministres du Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo. Plusieurs résolutions ont été adoptées à l’issue des travaux.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer