UE COVID

Me Jean Degli invite le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) et la frange de l’opposition réclamant une transition à ne pas mettre la charrue devant les bœufs. Le leader du Mouvement Bâtir le Togo qualifie d’utopique la proposition d’une transition politique faite à l’heure actuelle. Pour l’ancien ministre de la transition, il faut d’abord chercher à créer un rapport de force avant d’exiger une  transition politique.

Le Front  Citoyen Togo Debout (FCTD)  ne jure que par une transition politique. Deux ans après l’avoir recommandée à la CEDEAO, l’organisation de la société civile réaffirme que seule cette solution pourra marquer la fin des turbulences sociopolitiques au Togo. Elle invite toutes les forces à désormais orienter leur lutte dans ce sens.

La coalition des 14 partis de l’opposition togolaise n’abandonne pas l’exigence de la mise en place d’un gouvernement de transition, même après les recommandations de la CEDEAO pour une sortie de crise. Pour une bonne mise en œuvre de la feuille de route donnée il y a une semaine par les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’organisation communautaire, le regroupement demande au pouvoir de former un gouvernement.

Nicolas Lawson, le président du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR) a indiqué dimanche que la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) recommandera la mise en place d’une transition politique avec Faure Gnassingbé au pouvoir jusqu’en 2020. Et le patron du PRR se propose pour le « boulot » du Premier Ministre de la transition à même de régler le problème togolais.

Le Conseil National de la Jeunesse (CNJ) n’a pas du tout aimé la dernière sortie médiatique de l’association « MI SI TE » qui proposait notamment la dissolution de toutes les institutions de la République pour une sortie de crise au Togo. Cette prise de position purement politique de cette association qui se réclame du CNJ  a obligé Régis Batchassi, le président de la plateforme nationale des jeunes a rappelé mercredi à l’opinion le statut apolitique de l’organisation qu’il préside. Il évoque d’éventuelles sanctions contre l’association « MI SI TE » dans les jours à venir.

Une organisation de la société civile avance une solution ultime pour la résolution de la crise sociopolitique que traverse le Togo depuis le 19 août 2017. Cette solution qui ne sera du goût ni du pouvoir ni de l’opposition est censée donner un nouveau départ au Togo. Elle consiste à la dissolution de toutes les institutions de la République, de tous les partis politiques, à l’abandon de la Constitution de 1992, à la démission de Faure Gnassingbé et à la mise en place d’un Conseil national de transition du Togo (CNT-TG) qui aura la charge de faire voter une nouvelle constitution.

ADS Covid
  1. Populaires
  2. Tendance
Fermer