Le Pasteur Komi Edoh  a  invité mardi  Noël Koutera Bataka, ministre en charge de l’agriculture  à respecter scrupuleusement ses nouvelles mesures prises contre les violences liées à la transhumance au Togo. Pour le Président du Mouvement Martin Luther King (MMLK),  une chose est de prendre des décisions, une autre chose est de les respecter.

Koutera Bataka, le ministre togolais en charge de l’élevage a communiqué vendredi de nouvelles mesures pour une transhumance apaisée au Togo. Les mesures prises s’adressent aussi bien aux éleveurs qu’aux collectivités locales, voire aux animaux.

Au Togo comme partout dans la sous-région, la problématique de la transhumance devient de plus en plus inquiétante. Presque chaque mois, quelque part dans une localité il y a un affrontement sanglant qui oppose cultivateur et éleveur  à cause de la dévastation des champs par les  animaux. Pour aider à décrisper les tensions, le ministère en charge de l’agriculture au Togo a choisi de s’appesantir beaucoup sur le Plan Opérationnel de Gestion de la Transhumance (POGT) 2020 au cours du nouveau Forum National du Paysan Togolais qui a lieu du 23 au 25 janvier prochains à Kara.

Le ministre togolais de l’agriculture, de la production animale et halieutique, Noel Bataka a reçu samedi à Lomé un kit de clôture électrique mobile de la part de Pierre Koffi Alanda, un togolais résident en France. Il s’inscrit dans le cadre d’un projet d’expérimentation de clôtures électriques mobiles. Ce don va donc aider ces paysans à clôturer leurs parcelles avant le passage des troupeaux afin de réduire les tensions entre éleveurs nomades et autochtones.

Le ministre togolais de l’agriculture et de la production animale et halieutique a pris part jeudi à une réunion de concertation de haut niveau à Accra. La rencontre vise à explorer les pistes d’une solution apaisée à la transhumance transfrontalière.

Les problèmes de transhumance restent un casse-tête au Togo au vu des situations difficiles qu’ils provoquent dans les localités du pays. Un nouveau cas de violence a été  enregistré dimanche à Tchatchi (20 Km de Tsévié) où des Peuhls et des fermiers s’affrontent pour cause des dégâts des troupeaux. On signale un blessé grave et une arrestation.

La transhumance au Togo des éleveurs bouviers venus des pays de l’hinterland est à l'origine de heurts, de pertes en vies humaines et autres conséquences depuis quelques années. La cohabitation entre les populations togolaises et les bouviers semble impossible, pour le fait que ces derniers se comportent comme en territoire conquis. Depuis 2014, on enregistre des décès de plusieurs personnes. Une nouvelle campagne de transhumance vient de démarrer, avec de nombreux risques en perspectives. Le nouveau ministre de l'agriculture, Noël Bataka réussira-t-il à apaiser les tensions ?

Les ministres en charge de l’agriculture, Ouro-Koura Agadazi, de la sécurité et de la protection civile, Yark Damehame et de l’administration territoriale, Payadowa Boukpessi ont réagi vendredi les affrontements en cours entre les populations autochtones et des éleveurs nomades arrivés au Togo dans le cadre de la transhumance 2016.

Les pays de provenance des bœufs qui circulent sur le territoire togolais très bientôt auront dans leurs murs une délégation togolaise. Celle-ci ira sensibiliser les éleveurs sur la nouvelle politique de transhumance du Togo. C'est ce que propose le plan opérationnel de la campagne non conflictuelle qui vient d'être lancée à Kara par les ministres Yark Damehame de la sécurité et Ouro Koura Agadazi de l'agriculture. 

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer