Des forces de sécurité du Togo ont tiré jeudi des coups de feu à balles blanches à Lomé. Ils essayaient ainsi de neutraliser des terroristes qui ont réussi à s'introduire dans l'enceinte de l'Institut Français du Togo et tentaient de prendre en otage le personnel de cette institution. La réaction des forces spéciales anti-terroristes des Forces armées togolaises a été immédiate. Après plusieurs heures d’échanges de coups de feu, les terroristes ont été maîtrisés.

L’Institut National de la Statistique et des Études Economiques et Démographiques (INSEED)  a rendu public les résultats de l’Enquête Régionale Intégrée sur l’Emploi et le Secteur Informel (ERI-ESI). C’était au cours d’un atelier tenu vendredi à Lomé. Les résultats obtenus renseignent sur les caractéristiques sociales,  entre autres  l’emploi, la gouvernance, la paix et la sécurité.

La recrudescence des actes de criminalité ces derniers temps au Togo inquiète  aussi bien les autorités que les citoyens.  Pour aider à éradiquer ce fléau, il a été lancé jeudi à Lomé S.A.V.A A (Service Anti Vols Assistance Accidents). Il s’agit d’un système inventé par un jeune togolais qui a décidé d’apporter sa contribution à la réduction du taux d’accident de circulation au Togo.

Qui est Zémidjan et qui ne l’est pas ? Les autorités togolaises décident de clarifier les choses. En effet, des malfrats profitent de la confusion ainsi créée pour opérer et disparaître facilement dans la nature. Mais pour faire face aux défis sécuritaires actuels qui se posent, le ministère de la sécurité prépare une mesure à laquelle tous les conducteurs de taxi-moto devront se soumettre.

C’est désormais une certitude. Le terrorisme, cette nébuleuse qui sévit dans le sahel s’étend vers les pays côtiers ouest-africains. Suite à l’alerte donnée en avril dernier par les renseignements burkinabé, les Forces armées togolaises (FAT) ont renforcé leur présence dans le Nord du pays pour parer à toute éventualité. Le dispositif déployé a permis de mettre la main sur un principal chef djihadiste burkinabè.

Le gouvernement togolais s’organise contre l’extrémisme violent. Réuni en Conseil des ministres mercredi, il a adopté un projet de loi relatif à la sécurité intérieure. En dehors de ce dispositif juridique, les pouvoirs publics ont également pris un décret fixant les contours du comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent (CIPLEV).

Le ministre de la sécurité et de la protection civile, le Général Yark Damehane a fait le point jeudi en fin de journée de l'opération de prévention et de criminalité effectuée dans la matinée par ses éléments. L'opération qui s'est déroulée dans la préfecture d'Agoè-Nyiévé au nord de Lomé a permis aux forces de défense et de sécurité de mettre la main sur une importante quantité d'armes, de produits stupéfiants et d'interpeller plusieurs personnes.

Le Général Damehame Yark est préoccupé par l’insécurité grandissante que connait  la capitale togolaise ces derniers temps  avec notamment les braquages et les profanations des lieux de culte et de prière. Le ministre de la sécurité et de la protection civile qui a condamné la profanation de mosquées et d’églises, revient sur les causes de la recrudescence de ces actes. Il promet une réadaptation du dispositif sécuritaire du pays afin d’être à la hauteur des « délinquants » qui se servent des nouvelles technologies de l’information et de la communication.  

Lomé abrite depuis ce mardi et ce jusqu’au vendredi prochain la troisième réunion annuelle des Experts du Conseil de l’Entente en charge de la sécurité et des frontières. L’événement est placé sous le thème « le mécanisme de renseignement au sein du Conseil de l’Entente » et  vise essentiellement  à affiner les conclusions de l’étude sur le Mécanisme Entente de Renseignement. Les travaux ont été ouverts par le directeur général de la Gendarmerie Nationale du Togo, le Colonel Massina Yotroféi en présence de Patrice Kouamé,  Secrétaire Exécutif de l’organisation.

L’Union Nationale des Transporteurs Routiers du Togo (UNATROT) et l’Union des Syndicats des Conducteurs Routiers du Togo (USYCORT) sensibilisent depuis mardi les conducteurs et transporteurs routiers venus de Wawa, Amou, Akébou, Anié, Haho, Est-Mono, Moyen-Mono et Ogou sur la sécurité routière et la préservation des infrastructures routières.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer