Breaking News

Le recensement électoral conduit par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) s’est achevé jeudi dans la Zone 2. Malgré les contestations de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition, dont les représentants n’ont toujours pas intégré l’institution, les autorités togolaises continuent de dérouler les activités. Intervenant jeudi en Conseil des Ministres, le Chef de l’Etat togolais s’est dit satisfait du déroulement des opérations. Faure Gnassingbé a demandé par ailleurs aux services de sécurité et de justice de poursuivre les auteurs des incidents enregistrés.

Tout comme dans la Zone 1, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a décidé de proroger le délai des opérations de recensement électoral d’un jour. Le but, selon l’institution présidée par le Prof Kodjona Kadanga est de permettre aux togolais en âge de voter dans cette la Zone 2 de se faire enrôler.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) poursuit les opérations de recensement dans la Zone 2 en vue de la constitution d’un nouveau fichier électoral. Le recensement, dénoncé et boycotté par la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition, qui attend son entrée à la CENI, s’achève le mercredi prochain dans la partie septentrionale du pays. Mais, la polémique s’enflamme au sujet du gonflement des données avec l’enrôlement des mineurs. Des membres de la CENI réagissent et dénoncent une mise en scène.

La Nouvelle jeunesse pour le soutien au Président Faure (NJSPF) a réussi à réunir un monde de grands jours vendredi à Barkoissi dans l’Oti. L’organisation qui soutient le président togolais récompensait l’excellence en milieu scolaire dans la partie nord de cette préfecture et mobilisait, par la même occasion les populations à prendre massivement part au recensement électoral qui démarre dans la Zone 2 le 17 octobre prochain.

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) se réjouit du recensement électoral dans la première zone. Motivée par un résultat «satisfaisant », l'institution présidée le Prof Kodjona Kadanga a annoncé mercredi au cours d'un point de presse la poursuite de  l'opération dans la zone II. Elle a lieu du 17 au 24 octobre prochains dans 18 Commission Électoral Locale Indépendante (CELIs).

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) poursuit le recensement électoral malgré le mot d'ordre de boycott lancé par la coalition des 14 partis politiques de l'opposition togolaise. Deux jours après le démarrage de l'opération,  l'institution présidée par le Prof Kodjona Kadanga vient de retoucher aux heures de recensement pour favoriser l’enrôlement d’un plus grand nombre de togolais.

La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition a exigé mercredi l’arrêt du processus électoral en cours et la suspension du recensement électoral dont le démarrage est prévu pour le 1er octobre prochain. Le regroupement politique conteste à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) que dirige Kodjona Kadanga, le droit de continuer les activités sans les représentants des partis d’opposition. La Coalition exige par ailleurs la recomposition des démembrements de la CENI ainsi qu'un nouveau chronogramme, faute de quoi, elle se retirera du processus électoral.

Combien seront les Togolais en 2020 ? Le gouvernement se prépare d’ores et déjà à  apporter la réponse à cette question. Des dispositions sont  en cours pour lancer le cinquième Recensement Général de la Population et de l’Habitat – (5e RGPH).

Le projet de Recensement Général des Entreprises (RGE) a été lancé vendredi à Lomé. C’est le ministre Gilbert Bawara, représentant son collègue en charge de la planification, qui a présidé la cérémonie.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook