La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a procédé mercredi au tirage au sort du positionnement des candidats sur les bulletins de vote. Mouhamed Tchassona-Traore sera le 1er sur le bulletin. Jean-Pierre Fabre est 6e et Agbeyome Kodjo se place à la dernière position sur le bulletin. En course pour un 4e mandat, Faure Gnassingbé est 4e.

Pour Jean Pierre Fabre, les députés de la 6è législature ont mis le Chef de l’Etat togolais en difficulté. L’ex-chef de file de l’opposition estime qu’ils ont modifié la Constitution togolaise d’une façon qui empêche le Chef de l’Etat d’être candidat à la présidentielle de février 2020. Partant, le président national de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) a déclaré mardi avoir déposé auprès de  la Cour constitutionnelle, un recours en invalidation de la candidature de Faure Gnassingbé. Aboudou Assouma et Kouami Amados-Djoko de la haute Cour sont également dans le viseur du candidat à la Présidence togolaise.

Agbeyome Kodjo poursuit la mise en place de son équipe de campagne. Mardi, il a nommé Carmel Max-Savi Conseiller spécial chargé de la Communication et du lobbying médias. Le journaliste et communicateur promet se battre de toute sa force en aidant à mettre en place un mécanisme anti-fraude pour la victoire de l’ancien Premier ministre.

Mgr Kpodzro appelle à une union sacrée autour de Messan Agbéyomé Kodjo, candidat unique des forces démocratiques de l’opposition à la présidentielle du 22 février prochain. L’archevêque émérite de Lomé a demandé lundi aux cinq (5) autres candidats de l’opposition de s’aligner derrière l’ancien Premier ministre pour rendre possible l’alternance. Il recommande que le scrutin de février 2020 soit un référendum anti 4è mandat et sollicite le soutien du Saint Siège et de la communauté internationale. 

Agbéyomé Messan Kodjo, président du Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD)  lutte pour la transparence du scrutin présidentiel de février 2020. Le candidat désigné par la dynamique Kpodzro a demandé à cet effet à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de prendre un certain nombre de mesures pour la sécurité du processus électoral.

La CEDEAO et l’OIF ont achevé l’audit du fichier électoral devant servir pour l’élection présidentielle de 22 février prochain. La mission a été effectuée du 13 décembre 2019 au 14 janvier 2020 sur demande du gouvernement togolais. Il en ressort que 3 614 056 électeurs sur le plan national et à l’étranger éliront le président de la République à l’issue de l’élection présidentielle.

Le Conseil National de la Jeunesse du Togo  (CNJ-Togo)  va profiter de la présidentielle de février 2020 pour  se mettre davantage en orbite. De concert avec ses réseaux partenaires, la représentation de la jeunesse togolaise a lancé samedi à Lomé le « dialogue constructif entre les jeunes et les leaders de partis politiques et indépendants ». Le projet se résume à l’organisation des journées de dialogue au cours desquelles, les candidats en lice pour le scrutin vont débattre de leur projet de société avec les jeunes.

Le Mouvement du peuple pour la Liberté (MPL) a tenu le 12 janvier dernier un congrès extraordinaire à Lomé afin de redynamiser son équipe pour une nouvelle phase de la lutte. A l’issue, le parti a revu sa ligne politique qui se résume désormais en « révolution citoyenne ».  Au sujet de la prochaine élection présidentielle, le parti appelle à l’abstention.

Les deux candidats éjectés par la Cour constitutionnelle de la course à la Présidence togolaise ont réagi à la décision de la haute cour. Quelques heures après la publication de la liste définitive des candidats, Innocent Kagbara a indiqué avoir pris acte de la décision et se tourne vers le futur. Pour sa part, Aubin Kodjovi Thon accuse la Cour constitutionnelle d’avoir commis une erreur lors de l’examen de son dossier. Les deux personnalités ont appelé leurs partisans au calme.

La Cour constitutionnelle togolaise a publié vendredi la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle de 2020. La haute cour en matière constitutionnelle a invalidé 2 candidatures. Désormais 7 candidats dont le président sortant Faure Gnassingbé sont retenus pour la course au fauteuil présidentiel.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer