Breaking News

Tous les jours pour le voleur, un seul jour pour le propriétaire. Cet adage, deux malfrats, qui se faisaient passer pour des agents des forces de sécurité togolaises et qui volent, braquent et rackettent les citoyens togolais, viennent de l’apprendre à leurs dépens. Ils ont été cueillis par la vraie police togolaise et écroués à Lomé.

Le bilan du braquage perpétré mardi au Grand Marché de Lomé, dans les parages de la Pharmacie populaire sur l’avenue Sylvanus Olympio, s’est alourdi. Le bilan définitif donné par le ministre de la sécurité et de la protection civile, Yark Damehane fait état de 5 morts et 11 blessés.

La ville de Lomé retient actuellement son souffle après un braquage à mains armées qui s’est produit peu avant 13 heures GMT au Grand Marché de la capitale. On signale au moins 2 braqueurs tués mais également de nombreux blessés parmi des passants.

L’atmosphère est invivable ce vendredi matin dans les quartiers Bè, Amoutivé et Gakpoto à Lomé. On assiste à des barricades dans ces quartiers et des tirs de gaz lacrymogènes pour disperser tout rassemblement.

Ils sont dans les rues de Lomé depuis 8 heures du matin ce jeudi et ils comptaient y rester jusqu’à la chute du régime de Faure Gnassingbé. Alors que la nuit avance et que les autorités pensent qu’il est temps de libérer les rues, Jean-Pierre Fabre a livré une déclaration qui a donné du tonus aux manifestants qui ne réclament désormais que le départ de Faure Gnassingbé. A la place du départ du président togolais, ils sont dispersés actuellement par les forces de l’ordre et de sécurité à coups de gaz lacrymogènes.

Le Directeur général de la Police nationale a dressé samedi le bilan officiel de la manifestation du Parti national panafricain (PNP) qui a dégénéré à Lomé, à Kara et à Sokodé où il y a eu mort d’hommes.  Alors que Tikpi Atchadam, le responsable du PNP annonce 7 morts, la police parle de deux morts.

Des présumés malfrats spécialisés dans la falsification des documents administratifs sont écroués par la police togolaise. Arrêtés depuis quelques jours ils ont été présentés à la presse vendredi.

Une vingtaine de gendarmes et policiers togolais a été outillée sur les techniques d'identification criminelle de proximité du 19 au 23 dernier. La formation a été assurée par deux gradés français en en poste au Sénégal.

Yark Damehane, le ministre togolais de la sécurité et de la protection civile annonce avoir sanctionné, depuis le début de cette année, 25 policiers et gendarmes pour des délits commis dans l'exercice de leurs fonctions.

Plus rien ne va à l’Université de Lomé. Du moins sur ces trois derniers jours. La répression policière qui a commencé mercredi alors que les étudiants cherchaient à tenir une assemblée générale se poursuit. Les étudiants voulaient se faire entendre pour la libération de deux de leurs camarades arrêtés et emprisonnés mercredi. Mais ils seront des dizaines à être bastonnés et arrêtés.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer