La police nationale a présenté lundi 2 présumés malfrats. Des individus qui commettent des forfaits en série et en réseau. L’un d’eux a été pris il y a 2 semaines au siège de l’Office togolais des recettes (OTR) alors qu’il tentait de passer de nouveau à l’acte.

Les cybercrimes et autres forfaits se multiplient ces derniers temps au Togo. La police nationale est en alerte maximale et multiplie les interventions. En collaboration avec la cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF), elle vient de démanteler plusieurs réseaux de cybercriminels. Parmi les malfaiteurs se trouvent des nigérians et des béninois.

Les rackets policiers, les togolais ne cessent de s’en plaindre. Et ce phénomène à la peau dure n’est pas prêt de s’arrêter de sitôt. Les autorités sécuritaires ont décidé de prendre leur responsabilité. C’est ainsi que le ministre de la sécurité et de la protection civile vient de lancer une nouvelle ligne d’urgence pour permettre aux citoyens de signaler tout acte de raquette.

Deux présumés braqueurs sont entre les mailles de la police nationale. Il s’agit des nommés Kokou Dogbe et Toussaint Adossi, des togolais qui opèrent au Togo et se réfugient au Ghana. Selon la police nationale, ils ont été arrêtés dans la nuit du samedi à Adjinamoto à Lomé. Lors de leur interpellation, le sieur Adossi a été blessé par balle et est en soins dans un centre de santé. Les deux présumés malfrats seraient impliqués dans de nombreux forfaits.

La confusion née dans l’opinion depuis la mort de 2 présumés braqueurs a poussé la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) à s’autosaisir. Pour la Police, les 2 hommes abattus au petit matin de dimanche dernier étaient des braqueurs. Mais leurs familles et proches parlent d’un enlèvement à leurs domiciles et accusent la force publique d’exécution extrajudiciaire. Mercredi, l’institution nationale chargée de la protection des droits de l’homme a promis faire la lumière sur l’affaire.

Un exploit pour la Police nationale ou une exécution extrajudiciaire ? C’est la question qui taraude les esprits depuis le week-end suite à la mort de 2 jeunes présentés par la Police nationale comme des braqueurs. Selon des faits relatés par le porte-parole de la Police nationale, les 2 victimes seraient des braqueurs filés par des agents et qui auraient perdu la vie dans un échange de tirs. Une version mise en doute par les familles de Dekpo Mlatawo et Semekonawo Koffi dit « cimetière ». Ces familles accusent la Police d’avoir enlevé les 2 jeunes à leurs domiciles pour les exécuter et les présenter comme des braqueurs.

Triste fin de parcours pour deux malfrats abattus à Lomé. Après avoir attaqué un citoyen qui revenait de la banque avec une importante somme d'argent, le repris de justice « Cimetière » et son complice venu du Ghana ont été neutralisés dimanche dans la zone portuaire. Les tirs ont été lancés  par un groupe d'intervention de la police nationale (GIPN) en patrouille dans le secteur.

Lomé, la capitale du Togo vient d’enregistrer le deuxième braquage en moins de 72 heures. Après celui de l’Université de Lomé, un autre a été enregistré vendredi à Super Taco. Plus de 19 millions sont emportés par les malfaiteurs.

L’arnaque à la nigériane n’est toujours pas rentrée dans l’histoire. Bien que la formule utilisée soit classique, des esprits faibles continuent de mordre l’appât des escrocs tapis sur internet. Une opération menée fin juin par la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) a permis de mettre la main sur un réseau de cybercriminels constitué de 11 nigérians résidants au Togo.

La police togolaise continue sa croisade contre la commercialisation de faux médicaments. Au cours du mois de mai, elle a saisi près de 5,5 tonnes de ces produits prohibés. Dans les cargaisons saisies, l’on retrouve des antianémiques, des vitamines, des antibiotiques, des stimulants d’appétit, des expectorants, des antitussifs, des anticoliques, des antipaludiques, des antalgiques, des antihelminthiques, des antalgiques + anti inflammatoires (AINS), des glucocorticoïdes, des compléments alimentaires, entre autres.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer