Pascal Bodjona n’est pas candidat aux élections locales. La liste qu’il portait a été finalement invalidée par la Cour suprême. Mais dimanche, l’ancien ministre de l’administration territoriale a voté dans Agoè-Nyivé 1. A l’issue du vote, M. Bodjona a relevé quelques manquements et déploré qu’il n’y ait pas eu suffisamment de pédagogie avant la tenue du scrutin ce 30 juin. Toutefois, il a encouragé les citoyens à voter massivement.

Les élections locales se tiennent le 30 juin prochain sans la liste « Ensemble pour le Togo, E-Togo » de Pascal Bodjona. Liste qui a été invalidée par la Cour suprême. Mardi, et pendant que la campagne électorale bat son plein, l’ancien ministre de l’administration territoriale, a dénoncé "des méthodes peu orthodoxes ... des gens tapis dans l’ombre" pour invalider sa candidature. Pour autant, M. Bodjona n’abandonne pas son désir et sa volonté d’agir pour un Togo épanoui.

La liste « Ensemble pour le Togo » de Pascal Bodjona n’a pas été repêchée malgré le recours introduit devant la Chambre administrative de la Cour suprême. L’ancien Directeur de cabinet de Faure Gnassingbé, qui avait pourtant eu gain de cause dans une affaire liée à la dénomination de sa liste, ne pourra finalement pas participer aux élections locales. Mardi, le ministre de l’administration territoriale, Payadowa Boukpessi a accusé l'équipe de Bodjona d'avoir présenté des candidats au nom d’une ONG apolitique qui n'avait rien à faire aux élections.

C’est une affaire qui agite le landerneau politique togolais depuis le dépôt de candidature de Pascal Bodjona aux élections locales du 30 juin prochain. L’ancien ministre de l’administration territoriale est tête de la liste "Ensemble pour le Togo" (E-Togo) dans la commune Agoè-Nyivé 1. Une plainte est parvenue à son domicile et la chambre administrative de la Cour suprême a tranché mardi en sa faveur. Mercredi, Betty Chausson, la supposée plaignante, s’est confiée à Togobreakingnews expliquant n’avoir jamais porté plainte contre Pascal Bodjona et sa suite. Mme Chausson dénonce un faux et usage de faux pour lequel elle réserve une suite judiciaire.

La Cour suprême du Togo a débouté mardi Betty Chausson, plaignante dans l’affaire « Ensemble pour le Togo » contre E-Togo. Dame Chausson, l’une des responsables de l’association « Ensemble pour le Togo » accuse Pascal Bodjona d’avoir plagié le nom de l’organisation. La Chambre administrative de la Cour a donné raison à l’ancien ministre de Faure Gnassingbé, estimant que la plaignante n’avait pas qualité à agir.

Sa candidature pour élections locales du 30 juin fait des vagues depuis qu’elle a été déposée à Commission électorale nationale indépendante (CENI). Pascal Bodjona, convoqué lundi à se présenter au Tribunal de première instance de Lomé, devra également répondre à une convocation de la chambre administrative de la Cour suprême. Cette dernière juridiction est l’instance en charge de l’examen et de la validation des candidatures pour les élections locales.

Pascal Bodjona signe son retour dans le débat politique. Absent sur la scène politique depuis quelques années, l’ancien Directeur de cabinet de Faure Gnassingbé n’entend pas se faire compter les élections locales. A la tête de la liste « Ensemble pour le Togo », l’ancien ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales compte remporter la Commune Agoè 1, à quelques mois de l’élection présidentielle de 2020.

L’on en sait un peu plus sur le dernier déplacement de Pascal Bodjona à Accra sur demande du président ghanéen, Nana Akufo-Addo, l’un des facilitateurs de la crise togolaise. La visite de l’ancien ministre de l’administration territoriale intervenait quelques jours seulement après la sortie de la feuille de route de la CEDEAO dont plusieurs points étaient sujets à interprétation. Et suite aux nouvelles incompréhensions qui surgissent entre le pouvoir et la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition, le président ghanéen a jugé bon de consulter l’ancien Directeur de cabinet de Faure Gnassingbé. Ce dernier aurait plaidé pour deux choses fondamentales.

C'est ce jeudi que la Cour suprême a rendu sa décision au sujet de la violation des droits de la défense de l'ancien Ministre de l'administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Pascal Bodjona impliqué dans l'affaire dite d'escroquerie internationale. En conséquence, la Cour a ordonné le renvoi sine die du dossier jusqu’à épuisement des procédures de mise en état. Les avocats de la défense, par la voix de Me Abi Tchessa se félicitent de cette décision et espèrent avoir également gain de cause sur le fond du dossier lors du jugement.

Pascal Bodjona ne s’est pas rendu jeudi dans les locaux de la Cour suprême. L’ancien ministre convoqué dans le cadre du dossier d’escroquerie internationale s’est fait représenter par son conseil. Les avocats de l’ancien Directeur de cabinet du président togolais ont soulevé des manquements dans la procédure. Les juges de la Cour suprême rendront leur décision sur la régularité de la procédure le 17 mai prochain.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer