Breaking News

Tchatikpi Ouro-Djikpa a été arrêté samedi par les forces de sécurité du Togo. Le Conseil du président du Parti national panafricain (PNP) serait recherché depuis plusieurs jours. Son arrestation intervient alors que 2 autres responsables du parti ont été jetés en prison en milieu de semaine. Même si les autorités évitent de se prononcer sur l’accusation portée contre les mis en cause, des informations parvenues à Togobreakingnews insistent sur les charges de trouble à l’ordre public, rébellion ou encore  groupement de malfaiteurs. Un dossier consistant aurait été constitué contre le parti et Tikpi Atchadam, son leader, apprend-on.

L’opération « Dzitri-Bonsafo », à laquelle a appelé Tikpi Atchadam, n'a pas prospéré samedi face à un impressionnant dispositif sécuritaire déployé par les autorités togolaises. A Lomé, Agoè et environs ont été bouclés très tôt, annihilant ainsi toute tentative de rassemblement. Le même dispositif a été visible dans toutes les localités où le Parti national panafricain (PNP) a prévu manifester. Des échauffourées notées à Agoè ont fait des blessés. Des manifestants ont été arrêtés alors qu’à Bafilo (environ 360 km de Lomé) on déplore un mort dans les rangs des jeunes du PNP.

Le ministre togolais en charge de la Sécurité est ferme au sujet de la manifestation du Parti national panafricain (PNP). Pour lui, la formation politique de Tikpi Atchadam devra se contenter de manifester dans 3 localités samedi et respecter les circuits proposés par le ministre de l’Administration territoriale, Payadowa Boukpessi. Sur le même sujet, Damehame Yark remet les Chefs traditionnels de Klotto et de l’Avé à leurs places et les renvoie à leur rôle. Et tout en invitant les responsables du PNP à travailler pour la paix, le Général Yark  les met en garde contre tout acte de violence.

Tikpi Atchadam mobilise ses troupes pour la manifestation du 13 avril prochain. Dans un long message dans lequel il critique le processus de décentralisation tel qu’enclenché par le pouvoir togolais, le leader du Parti national panafricain (PNP), indique qu’il n’y a pas de démocratie sans alternance au sommet de l’Etat. Et pour parvenir au changement de régime, le guerrier de Kparatao appelle les togolais à sortir massivement pour faire aboutir l’opération « Dzitri-Bonsafo » le samedi prochain. Me Atchadam affirme que ce sera la fin du régime si « chasseur et guerrier » sortent massivement les mains  nues.

Le Parti national panafricain (PNP) ne pourra pas marcher dans 10 villes du Togo le 13 avril prochain. Le ministre togolais de l’administration territoriale refuse la manifestation dans 7 villes de l’intérieur mais l’accepte dans 2 autres. En ce qui concerne la capitale Lomé, les circuits choisis par le parti de Tikpi Atchadam sont refusés par le ministre. Payadowa Boukpessi circonscrit la manifestation à la localité de Togblékopé.

Le Parti National Panafricain (PNP) explore des pistes diplomatiques en attendant le 13 avril, date de  sa prochaine sortie dans les rues togolaises. Quelques jours de ses manifestations publiques, le secrétaire général du parti  s’est rendu à Paris où il a rencontré les autorités du ministère de l’Europe et des affaires étrangères. Dr Kossi Sama et son hôte ont discuté des sujets d’intérêt général sur le Togo notamment  la nécessité pour le président Faure Gnassingbé de renoncer à briguer un 4e mandat en 2020.

Le Parti national panafricain (PNP) entend poursuivre et renforcer la lutte politique qu’il a entamée le 17 août 2017. Le parti promet un nouveau mot d’ordre dans les jours à venir. Il exige la liberté de mouvement de son président Tikpi Atchadam. La formation politique demande aux togolais de rester mobilisés pour obtenir les réformes devant consacrer le retour à la Constitution de 1992 et le droit de vote de la diaspora. Ce sera surtout pour conclure la lutte au plus tard en 2020, selon l’axe programmatique de sa Déclaration de Tchamba.

Le Parti National Panafricain (PNP) entend rencontrer la presse dans les jours à venir pour se prononcer sur l'évolution des dernières actualités sociopolitiques au Togo. En prélude à cette sortie médiatique, la formation politique  de Tikpi Atchadam clarifie sa position sur la participation ou non des prochaines élections locales. Le  parti ira à ces élections si seulement si ses revendications posées depuis le 19 août 2017 arrivent à être satisfaites par le pouvoir.

La dernière sortie médiatique du gouvernement togolais et l’Union pour la République (UNIR) passe mal au Parti National Panafricain (PNP). L’Etat-major du parti a démonté les propos tenus par le porte-parole du gouvernement, Gilbert Bawara et ses collègues au cours de la conférence de presse du 23 octobre dernier. La formation politique de Tikpi Atchadam juge la sortie du parti au pouvoir de « ratée » et lui donne des conseils.

Le Parti National Panafricain (PNP) soutient l'appel au boycott du recensement électoral lancé par la coalition des 14 partis de l'opposition dont il est membre. En dehors de ce mot d'ordre, le parti de Me Tikpi Atchadam a exhorté samedi ses militants à observer une journée morte dans le septentrion le 17 octobre prochain. Pour le PNP, qui est l'origine de la donne actuelle, les populations du Nord n'ont aucune raison de se faire recenser, compte tenu des "exactions" commises sur elles ces derniers mois.

TGCEL Vogan Anfoin
  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer