Breaking News

Nicolas Lawson pourrait rejoindre dans les prochains jours la coalition des 14 partis politiques de l’opposition mais ne partagera pas toutes ses revendications. Le Président national du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR), a fait comprendre au groupe des 14 que la Constitution de 1992 n’est pas la solution au problème togolais. C’était au cours de leur entretien qu’ils ont eu la semaine dernière après la lettre du PRR demandant à la coalition de s’ouvrir à  d’autres formations politiques.

Le Groupe des centristes a exprimé jeudi sa préoccupation au sujet du blocage du dialogue censé sortir le Togo de la crise politique qu’il traverse depuis bientôt 10 mois. Ce regroupement de 3 partis politiques (la CPP, le NET et le PDP) insiste sur la nécessité de trouver une issue rapide et concertée à la crise. Dans un communiqué, les centristes réitèrent leur proposition qui consiste à opérer les réformes et régler la question de la candidature du président actuel dans le cadre d’un accord politique séparé; puis de tenir les élections après une réforme en profondeur du cadre électoral.

La Coordinatrice de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise ne comprend pas la « militarisation » de plusieurs villes du Togo dont Lomé, la capitale par le pouvoir de Faure Gnassingbé. Pour Brigitte Adjamagbo Johnson, il s’agit simplement d’une attitude d’un régime « fou, paranoïaque, obsédé » qui est prêt à décimer la population pour conserver au pouvoir. Mme Adjamagbo-Johnson a de nouveau dénoncé l'interdiction systématique des manifestations de la Coalition des 14 et les exactions des militaires sur les populations civiles. Le regroupement a d'ailleurs programmé des meetings sur le week-end pour remobiliser ses troupes.

Le projet de création d’un Front républicain annoncé la semaine dernière par Le Front National vient d’être réalisé. Le Groupe des Républicains et Ecologistes du Togo (GRET) porté sur les fonts baptismaux mardi  entend contribuer au règlement de la crise sociopolitique pour aller à la construction d’une nation unie et solidaire. Le Mouvement des 6 annonce des rencontres très bientôt avec les autorités françaises et exhorte la coalition des 14 partis politiques de l’opposition à le rejoindre.

L’opposition togolaise, spécialement la coalition des 14 partis  ne compte plus se saborder comme ce fut le cas en 2015 en participant aux prochaines échéances électorales  annoncées dans le pays sans  les réformes institutionnelles et constitutionnelles. Selon Nathaniel Olympio, le regroupement des 14 partis politiques s’est assagi grâce aux erreurs du passé et ne jure désormais que par les réformes politiques. Il révèle que la Coalition a déjà rejeté le schéma des élections comme sortie de crise proposé récemment par le Groupe des 5.

Le Front National (FN) veut contribuer à la résolution de la crise politique qui secoue le Togo depuis le 19 août dernier. Le parti politique du feu Yao Janvier Edoh Amela  ressuscité, il y a  à  peine une semaine annonce la création pour très bientôt d’un mouvement républicain afin de restaurer la République. Pour le FN, la crise togolaise ne peut pas trouver un dénouement dans les dialogues étouffés et des prises de positions radicales.

Les nouvelles manifestations de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise prévues pour démarrer le mercredi 09 mai n'auront plus lieu. La série de trois jours de manifestations qui était au centre d’un bras de fer entre le gouvernement et les organisateurs est repoussée. La coalition explique disposer d’informations qui ne garantissent pas un déroulement serein des manifestations et l’atteinte des objectifs visés.

De nouvelles manifestations de rues sont programmées pour cette semaine par la coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Le regroupement de l’opposition a décidé de maintenir ses anciens itinéraires à Lomé comme à l’intérieur du pays. Mais le gouvernement togolais ne l’entend pas de cette oreille. Tout comme en fin avril, le ministre de l’administration territoriale propose des itinéraires pour circonscrire les manifestations des 9 et 12 mai ainsi que le meeting du 13 mai au canton de Bè.

Il n’est pas exagéré de dire que le Togo est dans une impasse. Le pays, confronté à une sérieuse crise sociopolitique depuis les évènements du 19 août 2017 n’est pas sorti de l’auberge. Le dialogue politique entamé le 19 février et qui devrait permettre de trouver un consensus entre les parties prenantes s’est enlisé. Depuis, l’on assiste à un nouveau bras de fer entre le pouvoir et la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition. De même, des contacts continuent d’être pris. Jeudi, la Coalition de l’opposition a rencontré les diplomates du Groupe des 5. Des questions liées à la stabilité et à la transition ont été évoquées.

Didier Amela, Professeur des Universités du Togo et de France ne quittera pas la politique togolaise. Après sa démission de l’Alliance National pour le Changement (ANC) dont il se réclame membre fondateur, M. Amela vient de prendre la tête du parti Front National (FN). L’ex membre de l’ANC va assumer la présidence intérimaire du FN jusqu’au prochain congrès.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer