Breaking News

Nicolas Lawson a annoncé jeudi sa candidature pour les élections présidentielles de 2020 au Togo. Le président national du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR) qui n’a toujours pas digéré sa défaite en 2010, considère sa prochaine candidature comme un rachat devant faire bouger les lignes dans le pays. Dès lors, il demande à ses militants d'ignorer les futures élections locales pour se concentrer sur la présidentielle 2020.

Nicolas Lawson critique le Plan National du Développement (PND) élaboré par le gouvernement togolais  pour la relance du pays durant la période de 2018 à 2022. Le président national du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR) estime que le PND ne comporte que des mesures antipatriotiques et de saccages économiques. Il conseille au Chef de l’Etat de se séparer des conseillers étrangers pour s’attacher du service des Togolais. En outre, M. Lawson prie Dieu de délivrer Faure Gnassingbé « de l’emprise maléfique de son entourage ».   

Nicolas Lawson a exprimé dimanche sa désapprobation concernant la facilitation d'Alpha Conde dans la crise togolaise. Alors que pouvoir et coalition de l'opposition séjournent depuis samedi chez le président guinéen pour faire le point de l'évolution de la crise, le président national du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR) soutient que le Togo "mérite mieux que Conde comme facilitateur". Il appelle les protagonistes à travailler ensemble et à faire des compromis pour décrisper eux-mêmes la tension dans le pays.

Nicolas Lawson, le président du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR) a qualifié mercredi d’égarement, la volonté de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de tenir les élections à tout prix. Pour l’ancien candidat à la magistrature suprême, les élections ne peuvent pas créer le climat souhaité et la remise en ordre de la nation togolaise. Pour régler le problème togolais, M. Lawson appelle Faure Gnassingbé à mettre sur pied une assemblée constituante devant proposer une nouvelle constitution et former un gouvernement de salut public pour combattre la misère.

Nicolas Lawson, le président du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR) a indiqué dimanche que la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) recommandera la mise en place d’une transition politique avec Faure Gnassingbé au pouvoir jusqu’en 2020. Et le patron du PRR se propose pour le « boulot » du Premier Ministre de la transition à même de régler le problème togolais.

Le Parti du renouveau et de la rédemption (PRR) n’adhèrera pas à la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise. Même si les deux parties ont eu une rencontre il y a quelques jours à Lomé, le parti de Nicolas Lawson restera loin de la Coalition. Toutefois, il a demandé aux leaders de ce regroupement de s’ouvrir à des idées et des propositions nouvelles pour sortir le Togo de la crise. Pour l’ancien candidat à la présidence togolaise, les togolais n’ont pas besoin de la Constitution de 1992 mais d’un changement de gouvernement et d’une nouvelle constitution.

Nicolas Lawson pourrait rejoindre dans les prochains jours la coalition des 14 partis politiques de l’opposition mais ne partagera pas toutes ses revendications. Le Président national du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR), a fait comprendre au groupe des 14 que la Constitution de 1992 n’est pas la solution au problème togolais. C’était au cours de leur entretien qu’ils ont eu la semaine dernière après la lettre du PRR demandant à la coalition de s’ouvrir à  d’autres formations politiques.

Nicolas Lawson a fait part il y a une semaine de sa décision de se joindre aux manifestations publiques de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise. Le Président national du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR) entend descendre aussi dans les rues dans les prochains jours aux côtés de ses pairs de l’opposition  pour faire ombrage au processus électoral mis en branle par le gouvernement.

Si Nicolas Lawson comprend la lutte que mène actuellement le peuple togolais et lui apporte de temps en temps son soutien, il ne comprend tout de même pas la position des leaders de la Coalition de l’opposition sur la question du dialogue et cerne moins la revendication du retour à la Constitution de 1992. Le président du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR), qui dit ne pas être intéressé par le dialogue en préparation, demande à Faure Gnassingbé de mettre en place un gouvernement de salut public.

L’opposition togolaise clôture ce samedi ces trois jours de manifestations destinées à obtenir le retour à la version originelle de la Constitution de 1992, l’effectivité du vote de la diaspora et la libération des personnes arrêtées dans le cadre de la contestation en cours. C’est également l’occasion choisie par le président du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR) qui, dans un cri de cœur, appelle la Coalition des 14 partis politiques à marcher sur le Palais de Lomé II pour arracher le pouvoir.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook