Mgr Kpodzro appelle à une union sacrée autour de Messan Agbéyomé Kodjo, candidat unique des forces démocratiques de l’opposition à la présidentielle du 22 février prochain. L’archevêque émérite de Lomé a demandé lundi aux cinq (5) autres candidats de l’opposition de s’aligner derrière l’ancien Premier ministre pour rendre possible l’alternance. Il recommande que le scrutin de février 2020 soit un référendum anti 4è mandat et sollicite le soutien du Saint Siège et de la communauté internationale. 

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) est très remontée contre Mgr Philippe Fanoko Kpodzro. Le parti orange n’est pas d’accord que son leader ne soit pas le choix du prélat pour la candidature unique de l’opposition. Lors d’un meeting à Lomé samedi, Jean-Pierre Fabre a, lui-même, critiqué la démarche de l’homme de Dieu, avançant que son parti ne soutiendra personne d’autre à la présidentielle de 2020.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro est à la recherche de ressources financières pour l’hypothétique candidat unique de l’opposition togolaise. L’archevêque émérite de Lomé a lancé lundi le « Fonds Mgr Kpodzro pour la candidature unique de l’opposition, l’alternance pacifique en 2020 et l’enracinement de la démocratie au Togo d’ici 2050 ». L’objectif assigné à ce fonds est principalement de mettre en place une logistique adéquate pour remporter  la présidentielle de 2020 au Togo.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a dénoncé jeudi des menaces de mort qui pèseraient sur sa vie et celle de son collaborateur, Marc Mondji. L’archevêque émérite de Lomé remet désormais sa vie entre les mains du pouvoir. Pour le prélat, si malheur lui arrivait ou à son chargé de communication cela ne peut venir que du Chef de l’Etat et de ses collaborateurs.

Déclaré pour mort sur les  réseaux sociaux après un malaise qu’il a eu en début du week-end dernier en pleine réunion avec des partis politiques de l’opposition togolaise et les victimes des incendies des grands marchés de Lomé et de Kara, le prélat revient à la charge. Mardi, il a présidé la rencontre relative à la conclusion des travaux des 2 commissions instituées pour la transparence du scrutin présidentiel de 2020. A l'issue, Mgr Kpodrzo et les opposants demandent l’arrêt du processus électoral et adoptent une plateforme revendicative à l’endroit du Chef de l’Etat. Le prélat appelle par ailleurs à des manifestations pour le départ de Faure Gnassingbé

La table ronde des acteurs de l’opposition togolaise avec son Mgr Philippe Fanoko Kpodzro démarrée le 25 octobre dernier s’est poursuivie vendredi à Lomé. A cette 3è réunion, le prélat a invité des Organisations de la société civile et des syndicats des femmes revendeuses des marchés. Occasion pour les femmes victimes de l’incendie du Grand marché de Lomé d’exprimer leur désarroi. Elles ont vertement accusé l’opposition.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a tenu une nouvelle rencontre avec les partis politiques de l’opposition togolaise vendredi à Lomé. La réunion a été essentiellement consacrée à la restitution des travaux des 2 commissions instituées pour la transparence de la présidentielle 2020. Déjà, le prélat et les acteurs qui étaient présents croient dur comme fer en l’avènement de l’alternance.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a rencontré vendredi à Lomé des partis de l’opposition déclarés ou non à la présidentielle de 2020 au Togo. L’objectif de la réunion a été de rapprocher les positions pour la transparence du scrutin de 2020. Deux commissions ont été mises en place pour parvenir à cet objectif.

L’Archevêque émérite, Philippe  Fanoko Kpodzro pleure pour le Togo et interpelle la France. Vendredi,  le prélat a fait un sit-in devant l’ambassade de France au Togo pour demander au pays d’Emmanuel Macron de voler au secours des Togolais. L’ancien président de la conférence nationale souveraine rappelle à la France qu’elle doit être dans la prévention au lieu de chercher à jouer plus les sapeurs-pompiers.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro multiplie des initiatives visant à obtenir une alternance à la tête du Togo à l’issue de l’élection présidentielle de 2020. Après plusieurs messages adressés au Chef de l’Etat, l’archevêque émérite de Lomé s’est joint à des imams et à des pasteurs des églises protestantes du Togo pour lancer des journées de jeûne, de prière et de louange. L’idée est d’intercéder auprès de Dieu pour qu’un candidat unique soit trouvé pour faire face au candidat du pouvoir en 2020 pour parvenir à l’alternance. Le prélat n’a pas manqué d’adresser un nouveau message à Faure Gnassingbé.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer