Déclaré pour mort sur les  réseaux sociaux après un malaise qu’il a eu en début du week-end dernier en pleine réunion avec des partis politiques de l’opposition togolaise et les victimes des incendies des grands marchés de Lomé et de Kara, le prélat revient à la charge. Mardi, il a présidé la rencontre relative à la conclusion des travaux des 2 commissions instituées pour la transparence du scrutin présidentiel de 2020. A l'issue, Mgr Kpodrzo et les opposants demandent l’arrêt du processus électoral et adoptent une plateforme revendicative à l’endroit du Chef de l’Etat. Le prélat appelle par ailleurs à des manifestations pour le départ de Faure Gnassingbé

La table ronde des acteurs de l’opposition togolaise avec son Mgr Philippe Fanoko Kpodzro démarrée le 25 octobre dernier s’est poursuivie vendredi à Lomé. A cette 3è réunion, le prélat a invité des Organisations de la société civile et des syndicats des femmes revendeuses des marchés. Occasion pour les femmes victimes de l’incendie du Grand marché de Lomé d’exprimer leur désarroi. Elles ont vertement accusé l’opposition.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a tenu une nouvelle rencontre avec les partis politiques de l’opposition togolaise vendredi à Lomé. La réunion a été essentiellement consacrée à la restitution des travaux des 2 commissions instituées pour la transparence de la présidentielle 2020. Déjà, le prélat et les acteurs qui étaient présents croient dur comme fer en l’avènement de l’alternance.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a rencontré vendredi à Lomé des partis de l’opposition déclarés ou non à la présidentielle de 2020 au Togo. L’objectif de la réunion a été de rapprocher les positions pour la transparence du scrutin de 2020. Deux commissions ont été mises en place pour parvenir à cet objectif.

L’Archevêque émérite, Philippe  Fanoko Kpodzro pleure pour le Togo et interpelle la France. Vendredi,  le prélat a fait un sit-in devant l’ambassade de France au Togo pour demander au pays d’Emmanuel Macron de voler au secours des Togolais. L’ancien président de la conférence nationale souveraine rappelle à la France qu’elle doit être dans la prévention au lieu de chercher à jouer plus les sapeurs-pompiers.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro multiplie des initiatives visant à obtenir une alternance à la tête du Togo à l’issue de l’élection présidentielle de 2020. Après plusieurs messages adressés au Chef de l’Etat, l’archevêque émérite de Lomé s’est joint à des imams et à des pasteurs des églises protestantes du Togo pour lancer des journées de jeûne, de prière et de louange. L’idée est d’intercéder auprès de Dieu pour qu’un candidat unique soit trouvé pour faire face au candidat du pouvoir en 2020 pour parvenir à l’alternance. Le prélat n’a pas manqué d’adresser un nouveau message à Faure Gnassingbé.

Désavoué par la Conférence des Evêques du Togo (CET), Mgr Philippe Fanoko Kpodzro reçoit les honneurs de la  Coalition des 14. Quelques jours après que les  Evêques du Togo se sont prononcés sur les différentes sorties de l’Archevêque émérite, le regroupement de l’opposition a salué  mercredi le courage du prélat. Pour la C14, les sorties de l’ancien président du Haut Conseil pour la République (HCR, parlement de la transition) ne visent qu’une unicité d’action de tous les opposants togolais.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro ne lâche pas l’affaire des réformes constitutionnelles. L’archevêque émérite de Lomé a fustigé mercredi le projet de réformes en cours à l’Assemblée nationale. Il appelle les confessions religieuses, les organisations de la société civile et l’ensemble des parties de l’opposition à se lever contre cette entreprise du pouvoir visant à garantir 14 autres années de pouvoir à Faure Gnassingbé à la fin de son mandat actuel en février 2020.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro s’est prononcé mardi sur la reprise de l’examen  du projet de lois portant modification des articles 59, 69 et 100 de la Constitution togolais. En conférence de presse, le prélat a indiqué que le projet gouvernemental ne répond pas aux aspirations du peuple et qu’il faille tenir compte uniquement du texte proposé par l’expert constitutionnaliste recruté par la CEDEAO. Le dignitaire de l’église catholique avait à ces côtés des  responsables des Eglises presbytérienne, pentecôtiste et évangéliste. A l’occasion, l'archevêque émérite de Lomé a exigé une reprise du recensement électoral et la libération immédiate des membres du PNP et des autres « prisonniers politiques ».

L'Archevêque émérite de Lomé, Philippe Fanoko Kpodzro nourrit l’ambition d’avoir un tête-à-tête dans les prochains jours avec Faure Gnassingbé. Il l’a indiqué vendredi à l’issue de la visite qu’il a rendue aux personnes encore en détention dans le cadre de la crise sociopolitique à la prison civile de Lomé. Le doyen des évêques du Togo entend évoquer d'importants sujets d'ordre social avec le président de la République.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer