Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a qualifié lundi de « machination des ennemis de la démocratie » la levée de l’immunité parlementaire d’Agbeyome Kodjo. Pour ce faire, l’archevêque émérite de Lomé a invité les togolais à faire tout ce qui à leur pouvoir pour empêcher l’arrestation programmée du candidat à la dernière élection présidentielle. Le prélat s’attend à une résistance généralisée des populations.

Depuis le déclenchement de la procédure de levée de l'immunité parlementaire d'Agbéyomé Kodjo, Mgr Kpodzro passe ses nuits au domicile du candidat et y célèbre des messes. Dimanche, le doyen des évêques du Togo y a reçu la visite du nouvel archevêque métropolitain de Lomé, Nicodème Benissan-Barrigah accompagné de plusieurs prêtres. Quelques heures après cette visite, le blocus autour du domicile a été levé par les soldats.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a pris la défense du candidat de sa Dynamique mercredi à Lomé. L’archevêque émérite de Lomé a rejeté toutes les accusations portées contre Agbeyome Kodjo et demande au pouvoir togolais de l’accuser à la place de l’ancien Premier ministre. Mgr Kpodzro se dit décidé à résister aux « voleurs de la victoire » et annonce un plan B.

L’archevêque émérite de Lomé ne lâche pas l’affaire. Mgr Philippe Fanoko Kpodrzo qui réagit à la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle rejette les chiffres. Pour lui, c’est son candidat Agbeyomé Gabriel Kpodzro qui est le véritable gagnant de l’élection présidentielle du 22 février. Il appelle les populations à donner « l’assaut final » parce que « l’heure de Dieu a sonné ».

Les forces de l’ordre et de sécurité ont barricadé vendredi tout accès donnant sur la maison d’Agbeyome Kodjo à Forever. Même dispositif autour du domicile de Mgr Philippe Fanoko Kpodzro à Amadahome. Les deux personnalités qui réclament la « victoire du peuple » à l’élection présidentielle du 22 février dernier ont appelé à une manifestation dans l’après-midi.

Visiblement Mgr Philippe Fanoko Kpodzro n’a pas dit son dernier mot. Le prélat qui a appelé à une manifestation le vendredi prochain à Lomé et demandé au Pape François d'intervenir au Togo, annonce qu’il prendra le pouvoir pour son candidat dans les prochains jours.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a accusé cette semaine le pouvoir de Lomé d’avoir ourdi un plan d’élimination contre lui-même et Agbeyome Kodjo, candidat à l’élection présidentielle de 2020. Une accusation rejetée samedi par le Général Damehame Yark. Le ministre de la sécurité et de la protection civile accuse à son tour le prélat et le candidat de sa dynamique.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a présidé samedi une messe de consécration du Togo au Cœur Sacré de Jésus et au Cœur Immaculé de Marie. Il a imploré la bénédiction de Dieu sur  Messan  Agbeyomé Kodjo, candidat unique des forces démocratiques pour la présidentielle de 2020. Au sortir de l’eucharistie, M. Kodjo a appelé à une unicité d’action pour rendre possible l’alternance.

Mgr Kpodzro appelle à une union sacrée autour de Messan Agbéyomé Kodjo, candidat unique des forces démocratiques de l’opposition à la présidentielle du 22 février prochain. L’archevêque émérite de Lomé a demandé lundi aux cinq (5) autres candidats de l’opposition de s’aligner derrière l’ancien Premier ministre pour rendre possible l’alternance. Il recommande que le scrutin de février 2020 soit un référendum anti 4è mandat et sollicite le soutien du Saint Siège et de la communauté internationale. 

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) est très remontée contre Mgr Philippe Fanoko Kpodzro. Le parti orange n’est pas d’accord que son leader ne soit pas le choix du prélat pour la candidature unique de l’opposition. Lors d’un meeting à Lomé samedi, Jean-Pierre Fabre a, lui-même, critiqué la démarche de l’homme de Dieu, avançant que son parti ne soutiendra personne d’autre à la présidentielle de 2020.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer