Breaking News

Lors de la conférence de presse animée jeudi par le gouvernement, le ministre de la sécurité et de la protection civile, Damehame Yark est revenu sur les évènements qui ont suivi la manifestation organisée samedi dernier par la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition dans la ville de Lomé. Des manifestants qui rentraient chez eux après le meeting de la Plage ont été déviés au Carrefour 3K et au niveau d’Attikoumé ; ce qui a dégénéré. Pour le Colonel Yark, ces évènements déplorables sont dus à une incompréhension.

On en sait désormais sur les raisons qui sous-tendent le mutisme d'Awa Nana Daboya face à la crise sociopolitique que traverse le Togo depuis le 19 août. La Présidente du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l'Unité Nationale (HCRRUN) s'est prononcée mercredi sur le sujet au cours de la conférence de presse  du lancement de la première phase d'indemnisation des victimes politiques.

Le Colonel Damehame Yark est toujours préoccupé par le fait que des armes soient emportées par les militants de l’opposition au cours des manifestations que connait le  Togo ces derniers mois. Le  ministre de la sécurité et de la protection civile a de nouveau évoqué  lundi le sujet  devant le Secrétariat du Traité sur le Commerce des Armes (TCA). Il  sollicite l’appui  de ce dernier à retrouver ces armes.

Les deux derniers jours, la coalition des 14 partis politiques de l’opposition a pu manifester à Lomé et en région. En général, ces manifestations se sont déroulées pacifiquement. Faisant le bilan de celles de jeudi, le ministre de la sécurité a salué les efforts des acteurs qui ont œuvré pour la tenue de manifestations sans heurt. A l’occasion, Yark Damehame était revenu sur une des plaintes des partisans de l’opposition et a estimé qu’il n’est pas question de laisser certaines personnes réaliser leurs intentions.

Le président nigérian Muhammadu Buhari s’est exprimé jeudi sur la crise politique qui s’enlise au Togo. Alors que la sous-région a tout mis en œuvre pour qu’un dialogue inter togolais puisse se tenir rapidement pour résoudre la crise, pouvoir et opposition peinent encore à se mettre d’accord sur les modalités des discussions. Une situation qui inquiète les autres pays de la région dont le Nigéria.

La coalition des 14 partis politiques de l'opposition togolaise entame une nouvelle série de manifestations publiques de trois jours à partir de ce mercredi  toujours pour exiger essentiellement le retour à la constitution originelle de 1992. Comme il aime si bien le faire depuis un bon moment à la veille de chaque marche, Tikpi Atchadam a encore remobilisé les troupes  de l'opposition. Le leader national du PNP a cette fois demandé aux militants de l'opposition de garder  le cap en vue de réaliser  un exploit digne qui sera écrit dans les grandes annales de l'histoire contemporaine de l'Afrique.

Le Collectif des Jeunes pour le Développement (CJD) et le Mouvement des Jeunes pour la Paix (MJP) viennent d'achever  leur meeting de sensibilisation de trois jours sur la paix. Après la mini tournée qui a sillonné certaines périphéries de la capitale, ils se sont retrouvés samedi à Adéwui où ils ont entretenu la jeunesse sur la "Culture de la paix et manifestations publiques: libertés et responsabilités". Occasion aussi pour Kovi Adanbounou et compagnie d'endosser la responsabilité des violences qu'a connues le Togo ces derniers temps à l'opposition.

Tout conflit doit avoir une fin. Mais si cette fin est bâclée, inadaptée, injuste ou vécue comme telle, le conflit en question devient un conflit refoulé. En apparence, il est réglé. Mais son nouveau statut de conflit refoulé fera que tôt ou tard, il refera surface avec, hélas beaucoup plus d'intensité. La pratique avérée de l'Intelligence Négociationnelle peut aider à éviter ce piège conscient, mais souvent inconscient. Le schéma ci-dessus nous permet de poser les termes du débat, dans le cadre de la crise qui se déroule actuellement au Togo. Mais il est tout aussi adaptable à bien d'autres crises.

C’est ce jeudi que l’opposition togolaise entame une nouvelle série de manifestations de 3 jours. La nouvelle mobilisation vise à réclamer le rétablissement de la constitution originelle de 1992 ou le départ immédiat du pouvoir de Faure Gnassingbé, l’effectivité du vote de la diaspora et la libération des personnes arrêtées dans le cadre des manifestations. L’opposant Tikpi Atchadam vient d’appeler dans un message à une mobilisation record et fait un clin d’œil à l’armée togolaise.

Après le ministre de la communication Guy Madjé  Lorenzo, la télévision française France24 a reçu mercredi l’opposant Nathaniel Olympio qui représentait la coalition des 14 partis de l’opposition.  Le Président par intérim du Parti des Togolais (PT)  a réaffirmé l’engagement des Forces démocratiques de l’opposition à aller au bout de leurs revendications.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer