Breaking News

La marche silencieuse et priante prévue par les Forces Vives « Espérance pour le Togo » a été reprogrammée sur le samedi 08 juin après un entretien entre les initiateurs et la délégation spéciale de la ville de Lomé. Seulement voilà,  à 72 heures du jour J, le Contre-amiral Fogan Adegnon impose aux organisateurs des itinéraires. Une décision difficile à accepter par le Révérend Père Pierre Marie-Chanel Affognon et ses collègues qui ont décidé de surseoir à la marche. En lieu et place, l'organisation adresse une note moralisatrice au bientôt ex-maire de Lomé.

Le mouvement des Forces Vives « Espérance pour le Togo » s'est entretenu vendredi avec le président de la délégation spéciale de la ville de Lomé quelques heures après l'interdiction de sa marche de ce 1er juin. L'occasion a été pour le Mouvement de prouver au Contre-Amiral Fogan Adegnon son existence légale. Dans la foulée, "Espérance pour le Togo" reprogramme sa manifestation sur le 08 juin prochain.

La grande manifestation citoyenne du 1er juin annoncée par les Forces Vives « Espérance pour le Togo » n’aura finalement pas lieu. Le président de la délégation spéciale de la ville de Lomé a notifié une décision d’interdiction aux organisateurs. La marche qui devrait chuter à la Place de l’indépendance à Lomé visait à dénoncer les restrictions que subissent les libertés de réunion et de manifestations au Togo.

Les Forces vives « Espérance pour le Togo » annoncent de nouvelles manifestations avant les élections locales. L’organisation qui a appelé les togolais à participer à la révision de la liste électorale qui prend fin samedi, invite les populations togolaises à envahir les rues de Lomé le 1er juin. Le Révérend Père Affognon et les autres leaders du mouvement contestent les récentes décisions gouvernementales qui « affectent la liberté de manifestation au Togo ».

En meeting samedi à Lomé, le Front citoyen Togo Debout (FCTD) promet tout faire pour remettre le peuple debout. L’organisation chapeautée par Prof David Dosseh prône un décloisonnement des forces vives, nécessaire pour une unicité d’action devant permettre de venir à bout du pouvoir togolais. A l’occasion, "Togo Debout" a appelé les citoyens à se lever ensemble pour réaliser l’alternance. De fait, l’organisation croit savoir quelle est la clé de la libération nationale dans la « nouvelle phase de la lutte du peuple togolais ».

La Coalition de l’opposition togolaise et ses partisans ont accueilli dans l’indifférence l’adresse sur l’état de la nation du Président togolais. C’est ce qu’ont indiqué jeudi les responsables de ce regroupement de l’opposition. En conférence de presse à Lomé, ils ont estimé que ce qu’a fait Faure Gnassingbé devant les députés, à la veille de la célébration du 59e anniversaire de l’indépendance du Togo, ne ressemble pas à un discours sur l’état de la nation. La Coalition réclame des discussions pour une bonne organisation des locales et projette de nouvelles manifestations de rue si ses attentes ne sont pas comblées.

Le Mouvement en Aucun Cas, membre d’Afrikki n'abandonne pas. L'organisation qui projetait marcher dans les rues de Lomé, de Kpalime et d’Afagnan le jour du 59è anniversaire de l’accession à la souveraineté internationale du Togo vient de reculer pour mieux sauter. Pour cause, le ministre en charge de l’administration territoriale, Payadowa Boukpessi a donné un avis non favorable à la lettre de l'organisation. Par contre, les responsables de l'organisation annoncent une séance de recueillement sur la tombe de Sylvanus Olympio et projettent une nouvelle manifestation pour le 4 mai prochain.

L’opération « Dzitri-Bonsafo », à laquelle a appelé Tikpi Atchadam, n'a pas prospéré samedi face à un impressionnant dispositif sécuritaire déployé par les autorités togolaises. A Lomé, Agoè et environs ont été bouclés très tôt, annihilant ainsi toute tentative de rassemblement. Le même dispositif a été visible dans toutes les localités où le Parti national panafricain (PNP) a prévu manifester. Des échauffourées notées à Agoè ont fait des blessés. Des manifestants ont été arrêtés alors qu’à Bafilo (environ 360 km de Lomé) on déplore un mort dans les rangs des jeunes du PNP.

Le ministre togolais en charge de la Sécurité est ferme au sujet de la manifestation du Parti national panafricain (PNP). Pour lui, la formation politique de Tikpi Atchadam devra se contenter de manifester dans 3 localités samedi et respecter les circuits proposés par le ministre de l’Administration territoriale, Payadowa Boukpessi. Sur le même sujet, Damehame Yark remet les Chefs traditionnels de Klotto et de l’Avé à leurs places et les renvoie à leur rôle. Et tout en invitant les responsables du PNP à travailler pour la paix, le Général Yark  les met en garde contre tout acte de violence.

Tikpi Atchadam mobilise ses troupes pour la manifestation du 13 avril prochain. Dans un long message dans lequel il critique le processus de décentralisation tel qu’enclenché par le pouvoir togolais, le leader du Parti national panafricain (PNP), indique qu’il n’y a pas de démocratie sans alternance au sommet de l’Etat. Et pour parvenir au changement de régime, le guerrier de Kparatao appelle les togolais à sortir massivement pour faire aboutir l’opération « Dzitri-Bonsafo » le samedi prochain. Me Atchadam affirme que ce sera la fin du régime si « chasseur et guerrier » sortent massivement les mains  nues.

TGCEL Vogan Anfoin
  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer