Sur la route nationale n°34 qui va de Lomé à Vogan, les scènes se suivent et se ressemblent avec leur lot de dégâts humains et matériels. Cette route continue d’enregistrer des accidents. Jeudi, c’est une scène horrible qui s’y est encore produite avec un mort enregistré sur place.

La route nationale n°34, Lomé-Vogan a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Mais depuis quelques semaines, c’est sa portion qui traverse la ville de Lomé et dénommée Boulevard Jean-Paul qui retient les attentions. En effet, les accidents se suivent et se ressemblent sur cette voie, avec leurs lots de victimes. Du dimanche à jeudi, le bilan est sans appel et plusieurs voix se lèvent pour inviter les autorités à agir.

Une voiture personnelle a dérouté mardi et a écrasé tout sur son chemin avant de terminer sa course sur un taxi sur le Boulevard Jean-Paul II. Le bilan est lourd. Des personnes ont perdu la vie, selon plusieurs témoins et de nombreux blessés sont enregistrés et évacués d’urgence.

Le ministre de l’infrastructure et des transports, Ninsao Gnofam est revenu lundi sur le sujet de la route Lomé-Vogan-Anfoin. Cette voie a été confiée le début du mois à la société chinoise China Road and Bridge construction. Invité lundi de Pyramide FM, le ministre Gnofam confirme que la construction de la route prendra 24 mois et coûtera 31 milliards de francs CFA à l’Etat togolais.

Les travaux de la route Lomé-Vogan-Anfoin, la route de la honte vont enfin redémarrer cette semaine. C’est le ministre des Infrastructures et des transports, Ninsao Gnofam qui l’indique à travers un communiqué selon lequel le trafic sera perturbé sur ladite route.

Les trois jeunes du quartier Nukafu arrêtés mercredi par les forces de l’ordre et de sécurité suite à la manifestation spontanée des riverains du boulevard Jean-Paul II ont été finalement libérés jeudi après-midi.

Le Comité de Réflexion et d’Action pour la Promotion des Droits de l’Homme (CRAPH) attire l'attention des autorités sur le sort calamiteux des populations riveraines de boulevard Jean-Paul II. Il a tenu mardi sur le tronçon, une conférence de presse suivie d’une manifestation des riverains.

Le Mouvement Martin Luther King (MMLK) tacle de nouveau le ministre Ninsao Gnofam et le groupe CECO BTP. Après un précédent communiqué dans lequel il traite le ministre togolais des infrastructures et des transports de menteur, il revient sonner ce dernier pour le réaménagement du boulevard Jean Paul II qui fait la honte de la capitale.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer