Le corps sans vie d’une jeune fille de 17 ans a été retrouvé lundi matin à Kara. Ce drame s’est produit alors que celle qui venait d’obtenir son BAC-II assistait, avec sa famille, à un spectacle au Palais des Congrès de la ville en marge des Evala.

Le ministère en charge de la jeunesse organise, comme il est de coutume depuis quelques années, des concerts de fin d’année dédiés à la jeunesse. Cette année, la ville de Dapaong a ouvert le bal de cette célébration.  Après Dapaong, Kara a eu droit à son spectacle le 2 janvier dernier.

Les anciens élèves des Collèges Chaminade, Adèle et Sainte-Marie de Kara forment désormais une seule entité. Réunis au sein de l’association Germe Chaminade International (GCI), ces élèves ont décidé de faire bloc ensemble autour d’un projet commun. L’association qui a été portée sur les fonts baptismaux en février 2017 a fait sa première sortie officielle samedi à Lomé.

Quatre étudiants de l’Université de Kara (420 km de Lomé) arrêtés le 8 mai dernier lors des manifestations pour la réclamation des bourses et allocations de secours ont été jugés vendredi par la Cour d’appel de Kara. Dans son délibéré, la Cour a décidé de les condamner à 4 mois de prison assortis de sursis. En conséquence, ces étudiants recouvrent leur liberté et peuvent désormais reprendre les cours.

Le Congé anticipé décidé par la présidence de l’Université de Kara (420 Km de Lomé) le 19 mars dernier n’aura rien résolu. Ce que craignait le professeur  Komla Sanda, le président de ce temple de savoir, est devenu réalité depuis lundi. Les étudiants de la 2e université publique du Togo ont décidé de manifester jusqu’au décaissement de la 1ère et de la 2e tranche des bourses et allocations de secours à chacun d’eux. Mardi leur assemblée générale a été empêchée par les forces de défense et de sécurité à coup de gaz lacrymogènes. On signale des blessés et des arrestations.

La tournée de la commission de réflexion sur les réformes se poursuit dans le septentrion du pays. La délégation d’Awa Nana-Daboya séjourne actuellement dans la région de la Kara. Dans les différentes préfectures de cette région, les préoccupations des populations rejoignent majoritairement celles déjà exprimées par les habitants de la région des Savanes. Mais dans la Kara, les communautés demandent des réformes politiques immédiates.

Le Togo est un et indivisible. Cette déclaration est un rappel des OSC à l'endroit des autorités de Kara qui interdisent ces derniers temps tout ce qu'il y a comme manifestations de l'opposition dans cette ville. A ces populations, quatorze (14) OSC demandent de matérialiser la lutte pour la liberté d'expression et de manifestations pour ne pas basculer le Togo dans une politique de diviser pour régner.

Alors que le HCRRUN se démerde pour convaincre les togolais pour le vivre ensemble et pour une société togolaise réconciliée avec elle-même, certaines personnes cherchent à faire de la ville de Kara une zone de non-droit, inaccessible aux hommes politiques du pays. Après le PNP de Tikpi Atchadam, c’est au tour du Parti des Togolais de voir son séminaire de sensibilisation interdit dans cette ville.

La microfinance Afuwa a été dévalisée mardi par des braqueurs. L'institution située en plein cœur de la ville de Kara a été attaquée par des individus cagoulés alors que les agents venaient d’ouvrir le local. Les malfrats se sont ensuite évaporés dans la nature. Une enquête policière est ouverte.

Faure Gnassingbé vient de donner le ton aux activités inscrites au programme du 57è anniversaire de l'indépendance du Togo. Le Chef de l'État a procédé vendredi au lancement des travaux de construction de deux ponts sur  les rivières Kara et Koumongou. C’était en présence de l’Ambassadeur du Japon au Togo, Hiroshi Kawamura. 

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer