L’Alliance nationale pour le changement (ANC) conteste à son tour les résultats provisoires de l’élection présidentielle du 22 février au Togo. Après le candidat de la dynamique Mgr Kpdrzo, le parti de Jean-Pierre Fabre a qualifié lundi les chiffres de la CENI de fantaisiste, manifestement fabriqués. Pour l’ANC, il s’agit d’un  nouveau coup de force électoral perpétré sans la moindre retenue, exactement comme ce fut le cas pour les cinq derniers scrutins présidentiels au Togo.

L’alliance nationale pour le changement (ANC) s’est prononcée sur l’élection présidentielle à laquelle son candidat Jean-Pierre Fabre a pris part. Pour le parti orange, les premières tendances mettent en tête les candidats du MPDD (Agbeyome Kodjo et de UNIR (Faure Gnasssingbé).

Jean-Pierre Fabre a bouclé sa campagne jeudi à Lomé avec une gigantesque caravane à travers les artères de la capitale togolaise. Après avoir sillonné tout le pays depuis le 6 février dernier, le candidat de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) se dit confiant pour l’avènement de l’alternance dès samedi prochain.  

Jean-Pierre Fabre est en train de boucler son tour du Togo. En campagne depuis le 6 février dernier à partir de Cinkassé, le candidat de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) rentre normalement mardi à Lomé. Au vu de ce qu’il a vu sur le terrain, l’ex-chef de file de l’opposition a la certitude de gagner la présidentielle de samedi prochain. A ces militants, il assure que personne ne lui volera cette fois la victoire.

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) se satisfait du bilan d’une semaine de campagne. Pour le parti d’ex-chef de file de l’opposition, tout se déroule bien, en dehors des incidents de Cinkassé, Tandjoaré, Gando, Guéri-Kouka, Bassar et Soutouboua. Le parti se dit confiant pour l’élection de Jean-Pierre Fabre à la tête du Togo.

La campagne pour l’élection présidentielle du 22 février bat son plein. Les différents candidats et leurs états-majors sont sur le terrain. Jean-Pierre Fabre et l’Alliance nationale pour le changement (ANC) parcourent également le Togo. Mais depuis le début des opérations de charmes, pas moins de 4 meetings du candidat ont été « empêchés ». Mardi, le meeting prévu à Sotouboua a également été perturbé.

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) a parcouru la Région des Savanes vendredi. Son candidat Jean-Pierre Fabre a démarré dans l’extrême nord du pays et entend mobiliser suffisamment les populations autour de sa candidature. M. Fabre a tenu tour à tour des meetings à Cinkassé, Dapaong et Mango. Dans cette dernière ville, Jean-Pierre Fabre affirme être le meilleur candidat à la Présidentielle

Le recours en invalidation de la candidature de Faure Gnassingbé introduit par Jean-Pierre Fabre est rejeté par la Cour constitutionnelle. M. Fabre contestait la procédure ayant conduit à l’adoption de l’article 158 de la Constitution dont les dispositions effacent tous les mandats déjà effectués et visés aux articles 52 et 59 de la Constitution. Ce faisant, l’ex-Chef de file de l’opposition conteste la nouvelle candidature de Faure Gnassingbé. Les juges de la Cour évoquent 4 motifs pour rejeter la requête.

Atcholi Aklesso qualifie le recours de Jean-Pierre Fabre à la Cour constitutionnelle de « ridicule » et de « sans fondement ». Le secrétaire exécutif de l’Union pour la République (UNIR) a estimé que la requête du président national de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) aura une suite défavorable. Pour ce baron du pouvoir, même les étudiants de la première année de droit savent que les arrêts de la Haute cour sont irrévocables.

Pour Jean Pierre Fabre, les députés de la 6è législature ont mis le Chef de l’Etat togolais en difficulté. L’ex-chef de file de l’opposition estime qu’ils ont modifié la Constitution togolaise d’une façon qui empêche le Chef de l’Etat d’être candidat à la présidentielle de février 2020. Partant, le président national de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) a déclaré mardi avoir déposé auprès de  la Cour constitutionnelle, un recours en invalidation de la candidature de Faure Gnassingbé. Aboudou Assouma et Kouami Amados-Djoko de la haute Cour sont également dans le viseur du candidat à la Présidence togolaise.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer