Breaking News

Le 30 novembre dernier, le Directeur des transports routiers et ferroviaires, Delato Kokou Agbokpe a publié une décision selon laquelle toute demande d’immatriculation qui nécessite un traitement diligent devrait être accompagnée d’une quittance de 25 000 Fcfa. Une décision critiquée et jugée arbitraire. Mais aux nouvelles, la DTRF explique que cette mesure vise à décourager la culture de la corruption et ne plus exposer les agents à cette pratique au nom de la diligence demandée par un usager.

L’information selon laquelle les autorités togolaises ont ramené les frais d’immatriculation des engins à deux roues à 10 000 Fcfa a fait le tour des réseaux sociaux depuis mercredi dernier semant ainsi la confusion dans les esprits. Au finish, il n’en est rien. Dans une mise au point, la Direction des transports routiers et ferroviaires précise que l’Etat n’a décidé d’aucune réduction de frais d’immatriculation.

Les réformes économiques entreprises, depuis quelques années déjà, par le gouvernement n'excluent pas le secteur des transports. En ce qui concerne le transport routier, la Direction des Transports Routiers (DTR) s'y applique, avec rigueur. A ce jour, plusieurs sont les modernités introduites dans les procédures d''immatriculation des engins. L’une des finalités étant de venir à bout des faux frais.

TGCEL Vogan Anfoin
  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer