UE COVID

Myriam Dossou-d’Almeida énumère les conduites à tenir pour apprendre à vivre avec la pandémie à coronavirus. La Directrice générale de l’Institut national d’assurance maladie (INAM) a évoqué un risque d’exacerbation de la crise sur les domaines économique et social. Mais au-delà de la crainte, Mme Dossou-d’Almeida évoque des pistes de solutions pour une résilience face à la pandémie.

L’Institut national d’assurance maladie (INAM) met aux anges des couturiers et couturières de Lomé. Sélectionnés par le Centre régional de métiers (CRM) pour la fabrication des masques de protection Xonam ou Lèma, ces artisans sont désormais rentrés dans leurs fonds.

L’Institut National d’Assurance Maladie (INAM) et la Chambre Régionale de Métiers (CRM) de Lomé Commune et ses démembrements ont tenu mercredi dernier une importante rencontre. Elle faisait suite au lancement il y a quelques semaines du projet de production des masques alternatifs dénommé « solidarité COVID-19 » de l’INAM.

Le gouvernement togolais vient de décréter le port obligatoire de masque en public. Cette mesure devrait contribuer à rompre la chaîne de contamination de la pandémie du coronavirus. En lien avec cette décision, l’Institut national d’assurance maladie (INAM) a confectionné des masques lavables et réutilisables plusieurs. Pour la Direction générale de l’INAM, il s’agit d’un produit social togolais pour soutenir la population.

L’Institut national d’assurance maladie (INAM) et le Fonds d’appui aux initiatives économiques des Jeunes (FAIEJ) ont scellé mardi un partenariat. La convention devrait favoriser la formation des tailleurs et couturiers en production de bavettes lavables et réutilisables à des prix subventionnés.

L’Institut national d’assurance maladie (INAM) œuvre pour le bien-être de ses assurés. En ce temps de pandémie de Coronavirus, l’établissement décide des mesures devant facilités l’accès aux prestations pour les assurés. Que ce soit dans les pharmacies ou dans les centres d’imageries conventionnés, les prestations aux assurés INAM ont connu quelques modifications.

L’Institut national d’assurance maladie (INAM) allège les taches aux assurés en cette période de pandémie du Coronavirus. Myriam Dossou-d’Almeida et son équipe ont décidé de suspendre exceptionnellement et provisoirement le contrôle de la validité des vignettes des cartes au niveau des prestataires.

Il n’y pas de répit pour les équipes de l’Institut national d’assurance maladie (INAM). L’institution poursuit ses rencontres avec les différentes couches sociales dans le but de l’extension de la couverture maladie. Mercredi, ce sont les femmes du Marché de Cacaveli et des marchés des localités environnantes qui étaient à l’honneur. C’est avec enthousiasme que ces dernières ont adhéré aux propositions de l’INAM.

L’Institut National d’Assurance Maladie (INAM) travaille à la matérialisation de la couverture maladie universelle. A la suite des commerçantes des marchés de Lomé, il a rencontré samedi les Comités de Développement de Quartier (CDQ) et Comités Villageois de Développement (CVD) de la capitale togolaise. Les échanges ont permis d’aborder le panier de soins, le mécanisme et les modalités de prises en charge.

L’Institut national d’assurance maladie (INAM) multiplie les rencontres avec les différentes couches sociales du Togo dans la perspective de l’extension de la couverture maladie. Vendredi, Myriam Dossou-d’Almeida et ses services techniques ont rencontré un premier groupe des femmes des marchés de Lomé. La rencontre a permis de comprendre les besoins de ces commerçantes et de réfléchir aux modalités de leur prise en charge par l’INAM.

  1. Populaires
  2. Tendance
ADS TDE
Fermer