Breaking News

Le ministre togolais en charge de la fonction publique a entendu les cris des enseignants stagiaires du Togo et a indiqué que le gouvernement est à pied d’œuvre pour faire aboutir leurs dossiers. Dans une réaction transmise à « Togo Breaking News », Gilbert Bawara annonce que des mesures diligentes sont en train d’être prises pour leur accorder des avances sur salaire en attendant le traitement de tous les dossiers.

A l’occasion de la célébration de la fête des travailleurs le 1er mai dernier, le gouvernement annoncé d’engager des discussions avec les partenaires sociaux que sont les centrales syndicales afin d’examiner de manière exhaustive le cahier de doléances qui avait été présenté. Les échanges ont effectivement démarré vendredi à Lomé sous la houlette du ministre de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative, Gilbert Bawara, à la satisfaction des centrales syndicales.

Le Président Directeur Général (PDG) du Groupe Bolloré, Vincent Bolloré et plusieurs autres cadres de la structure ont été placés en garde à vue puis mis en examen la semaine dernière dans le cadre d’une information judiciaire ouverte notamment pour « corruption d’agents publics étrangers » au Togo et en Guinée. Jeudi, le gouvernement togolais a réagi à cette actualité par l’entremise du ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara. Et pour cet éminent membre de l'équipe de Sélom Klassou, l’Etat togolais ne se sent pas concerné par cette affaire.

Le ministre togolais de la fonction publique est largement revenu jeudi sur la crise politique togolaise et sur la crise sociale qui secoue les secteurs de l’éducation et de la santé. Gilbert Bawara s’est félicité de l’accord signé entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants et promet que le statut particulier sera envoyé à l’assemblée nationale pour adoption. Au sujet du secteur de la santé, le ministre de Faure Gnassingbé assure que les séances du groupe de travail se poursuivent pour trouver une solution durable. Sur la question politique, M. Bawara indique que le dialogue se poursuit mais l’Etat continuera la préparation des élections pour ne pas tomber dans le piège de blocage de la Coalition de l’opposition. Tout comme le Chef de l'Etat, il assure que les réformes constitutionnelles seront faites cette année, y compris par le référendum.

La Synergie des Travailleurs du Togo (STT) s'insurge contre le laxisme du gouvernement dans la satisfaction de sa plateforme de revendicative. Dans une note adressée mercredi au ministère de la fonction publique, l'organisation syndicale des travailleurs du Togo indique que le gouvernement n'a fait aucun cas des doléances de la STT depuis qu'elles ont été formulées en octobre 2017. Face à cet état de chose, la Synergie lance un nouveau mot d'ordre de  grève de 48 heures qui prend effet à partir de ce jeudi 03 mai.

Malgré la grogne sociale qui secoue l'administration publique ces derniers mois, le 1er mai de cette année a été célébré en grande pompe au Togo. Cette journée a été l'occasion pour  Gilbert Bawara de promettre aux travailleurs togolais la satisfaction de leurs  plateformes revendicatives qui font  objet de grèves ces temps-ci. Le ministre en charge de la fonction publique annonce dans les quinze prochains jours, des discussions et négociations avec les centrales syndicales.

Faisant jeudi le bilan du 2e jour des manifestations de 3 jours auxquelles elle a appelé les populations, la coalition de l’opposition est largement revenue sur l’entretien exclusif que le ministre togolais de la fonction publique, Gilbert Bawara a accordé à Togo Breaking News. Le regroupement de l’opposition dit avoir pleinement de droit de rendre compte à la population de toutes ses démarches en cette période de crise. De même, elle affirme rester dans le dialogue et demande au gouvernement de prendre ses responsabilités.

Gilbert Bawara réagit aux derniers développements de la situation sociopolitique. Une réaction qui fait suite au bras de fer qui s’instaure depuis que la coalition des 14 partis politiques de l’opposition a décidé de reprendre les manifestations de rue. Manifestations étouffées mercredi par les forces de l’ordre et de sécurité. Le ministre togolais de la fonction publique accuse les leaders du regroupement de l’opposition d’afficher une attitude désobligeante envers le Facilitateur et de se livrer à une restitution « tronquée et mensongère des propos prêtés au président ghanéen » dans le seul but d’envenimer la situation. De même, l’homme de confiance de Faure Gnassingbé fustige les leaders de l’opposition d’avoir rompu les soubassements du dialogue et de s’être déliés des engagements essentiels. Il assure qu’il faudra en tirer toutes les conséquences, et rassure quant à la volonté du gouvernement de persévérer dans la voie des réformes politiques indispensables pour la rénovation de la vie démocratique au Togo.

L’appel lancé dimanche au Syndicat National des Praticiens Hospitaliers du Togo (SYNPHOT) par le ministre Gilbert Bawara lors de son intervention à la Télévision nationale n’a pas été entendu. Le Syndicat, qui prend part aux travaux du groupe de travail pour le secteur de la santé, a lancé lundi une nouvelle grève de 4 jours à compter du mardi 10 avril.

Le ministre togolais de la fonction publique s’est longuement prononcé dimanche sur la situation sociale qui prévaut actuellement dans les secteurs de la santé, de l’éducation et également au sein de son ministère. Gilbert Bawara a réitéré la volonté du gouvernement à dialoguer pour que les différentes préoccupations soulevées puissent trouver des solutions. Par la même occasion, il a invité le Synphot à suspendre ses mouvements de grève, les enseignants et les agents de son département à se ressaisir.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer