Le Togo organise dimanche prochain les premières élections municipales depuis 32 ans. Ces élections, les premières de l’ère démocratique, connaissent un réel engouement tant au niveau des acteurs politiques que des indépendants. Vendredi, le G5 a appelé le gouvernement et les autres parties prenantes à œuvrer pour un « scrutin libre, pacifique et transparent ».

Le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) saisit la communauté internationale au sujet de la révision de la liste électorale pour les locales du 30 juin prochain. Dans une note adressée au représentant du PNUD et du Groupe des 5 ambassadeurs présents au Togo (Union Européenne, Allemagne, France, Système des Nations Unies, Etats-Unis d’Amérique), la formation politique de l’ancien Premier ministre Yawovi Agboyibo relève plusieurs dysfonctionnements constatés pendant l’opération. Le parti invite ces chancelleries à agir pour une nouvelle prorogation de 4 jours.

La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise a condamné lundi une répression barbare des manifestations. Selon le bilan communiqué par le regroupement politiques à la presse, il y a eu, jusqu’à lundi, 6 morts parmi les manifestants, de nombreux blessés ainsi que des arrestations. Les leaders de la Coalition s’expliquent difficilement la "passivité" du Groupe des 5 et surtout celle de la CEDEAO, médiateur de la crise togolaise. La coalition appelle les populations à maintenir la lutte jusqu'à l'arrêt du processus électoral.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer