Le Fonds national de la finance inclusive (FNFI) compte outiller davantage ses partenaires des systèmes financiers décentralisés (SFD). Ce renforcement des capacités portera sur la « Gestion des impayés ». L’idée est de mieux outiller ses Partenaires de Services Financiers (PSF) sur les approches méthodologiques et les doter des outils nécessaires pour une démarche de recouvrement efficace. Pour ce faire, le fonds est à la recherche d’un consultant individuel pour assurer ladite formation.

Le Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) compte s’assurer de la sincérité et de la régularité des informations transmises par ses Partenaires des Services Financiers (PSF). Pour ce faire, la structure dirigée par Songaï N’Dassim sollicite les services d’un cabinet en vue de la réalisation de la mission relative à « l’audit du portefeuille des impayés soumis par les PSF en vue de la compensation ».

Vous êtes jeunes et/ou femmes entrepreneurs et vous êtes en mesure de livrer au Fonds national de la finance inclusive des commandes dans un délai d’un mois ? Saisissez cette opportunité.

Le Fonds national de la finance inclusive (FNFI) cherche à acquérir et installer SOLARWINDS, un logiciel de gestion informatique et outil de surveillance. Il vient de lancer une invitation à soumissionner. Les offres devront être déposées au secrétariat du fonds au plus tard le 20 aout 2019 à 10 h00.

Mazamesso Assih, la Secrétariat d’Etat auprès de la présidence de la République, chargée de la finance inclusive et du secteur informel a échangé mardi avec la presse sur les activités de son département depuis sa mise en place il y a un an. La rencontre a également été l’occasion pour elle de faire le bilan des activités des organes et projets sous-tutelle de son département notamment la Direction de la promotion de la finance inclusive (DPFI), le Fonds national de la finance inclusive (FNFI), la Délégation à l’organisation du secteur informel (DOSI) et le Projet national de promotion de l'entrepreneuriat rural (PNPER). Mme Assih veut favoriser l’inclusion financière au profit des populations vulnérables et veiller à la cohérence des interventions de l’Etat en matière d’organisation du secteur informel.

Le bilan des quatre (4) années d’opérationnalisation du Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) a été présenté à la presse vendredi à Lomé. Il s'est agi pour les responsables du Fonds d’entretenir les médias sur les questions de remboursements des crédits des bénéficiaires et des ressources financières mises à la disposition des institutions de micro finance. Au finish, ce sont des chiffres à couper le souffle que le FNFI a enregistrés jusqu’ici. Ceci grâce au à son mode opératoire qui est le « faire-faire ».

Pour le suivi de la mise en œuvre des différents projets et programmes de son ministère, Victoire Tomegah-Dogbe a entamé le 22 février dernier une tournée dans les régions maritime et plateaux. Débutée dans le Grand Lomé, la tournée de la ministre du développement à la base, de l'artisanat, de la jeunesse et de l'emploi des jeunes a pris fin vendredi dans la préfecture de Kloto. 

La ministre du développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, Victoire Tomegah-Dogbé a présidé mardi la journée des Fédérations Développement à la Base et Fédération des Bénéficiaires des Services Financiers (FEBESEF). Des questions relatives au Fonds national de la finance inclusive (FNFI) étaient au centre des débats.

Le Fond National pour le Financement Inclusif (FNFI) souffle-t-il le chaud ou le froid ? Les opinions divergent selon qu’on soit du pouvoir ou de l’opposition. Le président par intérim du Parti des Togolais, Nathaniel Olympio estime pour sa part que la balance est très loin de pencher du côté du positif.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer