Breaking News

Le Mouvement des jeunes pour la popularisation de la bonne gouvernance (MJPG), organisation de soutien au parti Union pour la République accuse les Evêques du Togo de manquer à leur devoir et d’avoir pris parti dans la crise que traverse actuellement le pays. Alors que les évêques invitent, dans leur déclaration de dimanche dernier, les autorités togolaises à opérer les réformes selon l’esprit de la Constitution de 1992, le MJPG indique que cette loi fondamentale est caduque.

Vivement préoccupée par la situation sociopolitique que traverse le Togo depuis quelques semaines, la Conférence des Evêques du Togo a tenu dimanche dans tous les diocèses du pays, une prière de supplication en faveur de la paix et plus précisément en faveur des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Selon les Evêques, l’idée est d’implorer la lumière de l’Esprit Saint sur les plus hautes Autorités du Pays afin qu’elles opèrent urgemment les réformes demandées par le peuple conformément à la Constitution de 1992. L’initiative a été sanctionnée par une déclaration.

Malgré la sortie médiatique du Conseil Pastoral Paroissial (CPP) de la Communauté chrétienne Cœur Immaculé de Marie Téléssou-Lavanyo il y a quelques jours pour dénoncer les ragots colportés contre le Père Julien Antoine Anato, la diffamation à l'égard de ce dernier continue par se répandre. Que ce soit sur les médias ou chez les paroissiens, le Révérend Père n'est pas ce que son CPP a décrit. Nous nous sommes retournés sur la paroisse et plusieurs fidèles ainsi que le voisinage dénonce un complot ourdi contre l’homme de Dieu.

Le Révérend Père Julien Antoine Anato use de la manipulation dans son sacerdoce pour profiter des femmes ? La question était dans les colonnes de plusieurs médias ces derniers jours. Jeudi, le Conseil Pastoral Paroissial (CPP) de la Communauté chrétienne Cœur Immaculé de Marie Téléssou-Lavanyo a tenu une conférence de presse pour dénoncer des ragots colportés contre la personne du prêtre.

Le Parti des Togolais fondé par d'Alberto Olympio salue par la voix de son délégué aux affaires intérieures, Gnimdéwa Atakpama, l'attitude responsable de la Conférence des évêques du Togo qui a décidé de clamer haut ce qui ne va pas dans le pays et de montrer la meilleure voie à suivre.

Me Yaovi Agboyibo partage en partie le contenu du message de la Conférence des Évêques du Togo sorti le 26 avril dernier. Le Président national du Comité d'Action pour le Renouveau (CAR) a reconnu, à la clôture des festivités des 26 ans de son parti dimanche, que le Togo est effectivement à une croisée des chemins un peu comme l'affirmaient les Prélats.

Le Togo célèbre ce jeudi, 27 avril le 57e anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. C’est également cette occasion qu’a choisie la Conférence des Evêques du Togo (CET) pour adresser un message sans équivoque au régime en place et aux autres composantes de la société togolaise. Faisant part de sa déception quant au manque de volonté des autorités d’avancer sur certaines questions cruciales pour la stabilité du pays, les Evêques catholiques listent une panoplie d’actions urgentes à engager pour redonner au Togo son espérance.

La Conférence Episcopale des Évêques du Togo (CEET) vient de faire une nouvelle sortie par rapport à la situation socio-politique du Togo. Dans une note rendue publique, les Évêques  appellent le peuple togolais à faire confiance à Dieu dans la Prière face à un supposé sacrifice maléfique qui serait en cours dans le pays. 

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer