C'est désormais officiel. La date de la reprise partielle des classes au Togo est enfin connue. Elle a finalement lieu le lundi 15 juin sur toute l'étendue du territoire national.

Des syndicats professionnels des enseignants privés du Togo parleront désormais d'une même voix. Réunis au sein de la Fédération des Syndicats des Enseignants du Privé Laïc du Togo (FESYNEPL), ils attendent œuvrer pour le respect intégral des droits des travailleurs de l'enseignement privé. La nouvelle fédération formule d'ores et déjà des recommandations à l'endroit des promoteurs d'établissements et du gouvernement.

Le Collectif des Syndicats des Enseignements Privés Laïcs et Confessionnels  (COSEPLAC) et Solidarité et Action pour le Développement Durable (SADD) montent au créneau. Mardi, ils ont éclairé l’opinion sur les difficultés des enseignants du privé laïc et confessionnel en cette période de coronavirus. Le COSEPLAC et l’Ong SADD formulent des recommandations au gouvernement pour corriger la situation.

La réouverture partielle des classes n’aura pas lieu ce 8 juin comme attendue. Le gouvernement togolais n’ayant pas entériné la proposition faite par les acteurs de l’éducation. Cette reprise aura lieu ultérieurement. Au ministère des enseignements primaire et secondaire, l’on explique qu’il y a encore beaucoup de choses à régler.

A la suite de la décision du gouvernement  relative à la reprise partielle des cours, les acteurs éducatifs reprennent le chemin des écoles ce mercredi 03 juin. Le ministre en charge de l'enseignement technique, Taïrou Bagbiegue a invité chacun à être à son poste en attendant la reprise des élèves le 08 juin prochain.

Le gouvernement togolais a tenu une importante réunion avec les acteurs de l’éducation vendredi. Il ressort de cette rencontre que les cours vont reprendre progressivement à partir du 8 juin prochain. Dans un premier temps, ce sont les élèves des classes d’examen qui redémarrent.

L’année scolaire 2019-2020 pourra prendre toutes les couleurs sauf la blanche. Cette logique est celle des autorités togolaises qui œuvrent actuellement à la réouverture des écoles. Pour le ministre des enseignements primaire et secondaire, les choses se mettent en place pour une reprise dans des conditions maximales de sécurité pour les élèves et les enseignants.

La Direction nationale de l’enseignement catholique suspend le salaire des enseignements volontaires dans les établissements catholiques du Togo. La décision énoncée depuis lundi fait suite aux mesures  de l’état d’urgence sanitaire lié au coronavirus.

Le corps enseignant des écoles privées du Togo a créé mercredi dernier un syndicat lors d’une Assemblée générale tenue en ligne. Pour les initiateurs, il est question de regrouper tous les enseignants du primaire au secondaire des écoles et instituts privés du Togo. L’organisation se donne pour mission  la défense des droits ainsi que les intérêts matériels, sociaux et moraux d’ordre professionnel, tant collectifs qu’individuels des enseignants de ce secteur.

L’accalmie actuelle dans le secteur de l’éducation risque d’être de courte durée. Les enseignants togolais ne comprennent pas ce qui rend impossible l’indexation de 2 milliards promis par le gouvernement à leur salaire à compter de janvier 2020. Les fédérations des syndicats de l’éducation notamment la CSET voient ainsi une violation par le gouvernement du protocole d’accord.

ADS Covid
  1. Populaires
  2. Tendance
Fermer