La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise ne s’avoue pas vaincue. Le regroupement politique dont les activités sont coordonnées par Brigitte Adjamagbo-Johnson tient à empêcher la tenue des élections législatives de ce 20 décembre. Mercredi, il a appelé les populations togolaises à une "mobilisation générale et à la résistance", sur toute l’étendue du territoire national, en vue d'empêcher le scrutin de se dérouler.

Le siège de la Commission Electorale Locale Indépendante (CELI) de Moyen-Mono a pris feu au petit matin de mercredi. La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) indique que l’incendie est causé par un court-circuit. Et malgré les nombreux dégâts enregistrés, l’institution présidée par Prof Kodjona Kadanga assure que toutes les dispositions sont prises pour le bon déroulement du vote dans cette circonscription électorale.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile prend des mesures particulières pour les « élections particulières » du 20 décembre. Il les a annoncées par le biais d’un nouveau communiqué. Et les dernières décisions d’avant vote du général Damehame Yark interdisent toute circulation au Togo et ferme, le temps de l’élection, les débits de boisson, les restaurants et bien d’autres.

Damehame Yark monte le ton à quelques jours du vote des législatives du 20 décembre au Togo. Le ministre de la sécurité et de la protection civile qui a déjà mis en garde les fauteurs de trouble a réaffirmé lundi  son engagement de « maitriser », ceux qui menacent d’empêcher  la tenue du scrutin. Le général Yark a dans la foulée dévoilé le dispositif sécuritaire mis en place pour sécuriser les élections qui ont commencé mardi avec le vote des forces de défense et de sécurité. 

A la suite des leaders des églises et des cadres musulmans du Togo, le président ghanéen, Nana Akufo-Addo a reçu dimanche une délégation de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Le facilitateur a échangé avec les leaders du regroupement politique au sujet de leurs préoccupations et inquiétudes concernant les élections législatives du 20 décembre. Même si grande chose n’a filtré de la rencontre, on apprend que la Coalition a informé Nana Akufo-Addo qu’elle empêcherait les élections, si elles sont maintenues.

En course pour les élections législatives du 20 décembre prochain, les Indépendants de la liste Bâtir compatissent à la douleur des familles éplorées suites aux violences qui ont émaillées la campagne électorale. Souhaitant un report des élections qui n’est visiblement plus possible, les jeunes de Bâtir estiment toutefois qu’il n’est pas que de laisser la place à une Assemblée monocolore. Fiacre Atsou et ses colistiers nourrissent l’ambition d’être les sentinelles et les yeux des togolais au sein de l’hémicycle. C’est pour cela que dans un dernier message à la population, ils invitent les électeurs à porter massivement leur choix sur la liste indépendante BÂTIR le jeudi prochain.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise continue de s’organiser pour empêcher les élections législatives du 20 décembre, auxquelles elle ne participe pas. Samedi, sa coordinatrice a indiqué que le programme des manifestations est maintenu pour faire en sorte que le scrutin ne se déroule pas. Brigitte Adjamagbo-Johnson déclare que la coalition empêchera les élections dans les conditions qui s’offrent à elle.

Après la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, c’est désormais le  Mouvement Les Forces Vives « Espérance pour le Togo » qui voit ses manifestations refusées. Le ministre en charge de l’administration territoriale a notifié vendredi au Mouvement que ses manifestations prévues pour le dimanche 16 décembre prochain ne sont pas acceptées. Se basant sur la loi sur les manifestations publiques, Payadowa Boukpessi reproche aux organisateurs d’être hors délai.

Les candidats du parti Union pour la République (UNIR) en compétition dans le Grand Lomé étaient jeudi dans le canton d’Aflao-Gakli. Les 20 candidats positionnés par le parti au pouvoir étaient en opération de charme et ont invité les populations du milieu à leur accorder leurs votes le 20 décembre prochain.

Lancé depuis quelques mois, le processus de mise en place d’un mécanisme électoral consensuel, en vue de la tenue du scrutin législatif se poursuit, pendant que des voix s’élèvent pour demander son report. La campagne électorale, une étape décisive de toute élection, a, elle, démarrée timidement depuis le 04 décembre. Et de toute la panoplie de mouvements indépendants qui participent à ce scrutin, un groupe semble sortir du lot. Contrairement aux autres qui semblent crouler dans la monotonie, « Bâtir », puisque c’est de lui qu’il s’agit, tient un discours rassurant et crédible qui prend en compte les aspirations profondes du peuple. Nous avons rencontré sa tête d’affiche Fiacre Ayao ATSOU qui, conscient du rôle d’innovation et de conciliation que doit désormais jouer la jeunesse togolaise, revient ici sur leurs réelles motivations et leurs attentes à l’issue de ces élections.

ADS TG TERMINAL
  1. Populaires
  2. Tendance
Fermer