Mgr Nicodème Barrigah-Benissan a dit samedi sa messe de prise de possession canonique. C’était à la  cathédrale du Sacré Cœur de Lomé en présence de l’ensemble des  membres de la Conférence des Evêques du Togo, du Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, son gouvernement et des milliers de fidèles catholiques. Dans son homélie, le nouvel archevêque métropolitain a rappelé aux candidats en lice pour la présidentielle de février 2020 au Togo que le « fauteuil présidentiel » est celui du serviteur du peuple.

Mahouton Françoise Zinsou rentre dans l’histoire de la paroisse Jésus Miséricordieux d’Amadohomé. La jeune togolaise, diplômée en gestion de ressources humaines est depuis le weekend dernier  la première à devenir officiellement artiste gospel sur cette paroisse. Ceci grâce à « Mawugan », son premier album lancé samedi en présence du clergé des lieux.

Le Conseil Episcopal Justice et Paix Togo (CEJP Togo) ne veut plus de sang au Togo à cause des élections. Il a démarré mercredi à Lomé une conférence de 2 jours sur l’observation électorale non partisane. La rencontre intervient après que le gouvernement ait refusé à ce service de l’Eglise Catholique le droit d’observer les municipales du 30 juin. Elle offre l’opportunité aux participants de réfléchir aux conditions de renforcement de la participation citoyenne de la société civile aux élections en vue de la consolidation des processus électoraux au Togo.

Mgr Komivi Denis Amuzu-Dzakpah n’est plus archevêque métropolitain de Lomé. A 75 ans, le prélat est relevé de la charge de l’archidiocèse de Lomé et devient ainsi, évêque émérite. Il est remplacé par Mgr Nicodème Barrigah-Benissan.

L’Eglise catholique du Togo est loin de démissionner de ses engagements sociopolitiques qui font également partie de la mission de baptisés. Cependant, elle est toujours  rigoureusement contre des prêtres qui affichent de positions politiques partisanes et de militantisme en faveur des partis politiques. Pour la Conférence des Evêques du Togo (CET), le prête togolais doit faire de la politique « une vocation de service en faveur du bien commun» comme le souhaitait le Saint Evêque Oscar Arnulfo Romero.

L’Ordre des chevaliers de Saint Jean international du Togo a innové à l’occasion de sa fête patronale de cette année célébrée chaque 24 juin.  Pour marquer l’apothéose de cet anniversaire de la nativité de Saint Jean-Baptiste, l’Ordre a organisé samedi à Lomé une grande démonstration et parade à l’intention de  ses chevaliers et dames auxiliaires. L’initiative a pour but de faire découvrir la section  paramilitaire de Saint John à la population.

La Conférence des Evêques du Togo (CET) a rendu samedi les grandes décisions issues de sa 121e session ordinaire tenue du 17 au 21 juin derniers à Lomé. Précédée d’une journée de formation sur le thème «  gestion optimale des ressources : pierre angulaire de l’auto-prise en charge », la rencontre s’est essentiellement penchée sur les relations de l’Eglise catholique avec l’Etat, la vie des séminaristes et de leurs formateurs, de même que celle du clergé et les abus sexuels contre les mineurs, entre autres. A l’arrivée des mesures préventives sont annoncées notamment contre les scandales sexuels au sein de l’Eglise catholique du Togo.

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro remet ça ! L’archevêque émérite de Lomé rejette les résultats des législatives du 20 décembre 2018. Pour lui, le scrutin n’est pas de nature à solder la convulsion politique récurrente qui agite notre pays et que le Parlement actuel ne saurait valablement prétendre refléter l’état de l’opinion publique nationale. Le prélat ne rate pas la communauté internationale dont la CEDEAO qui aurait pris le parti du plus fort dans la résolution de la question togolaise. Il invite instamment à la réalisation des réformes constitutionnelles et institutionnelles et réclame à Faure Gnassingbé, la libération des personnes encore en détention en lien avec la crise politique.

Au Togo, l’église catholique donne de nouveau de la voix par l’entremise de la Conférence des évêques (CET). L’organisation s’est prononcée en ce début d’année sur la situation sociopolitique togolaise à l’issue de l'assemblée générale de la fraternité des prêtres tenue du 7 au 11 janvier à Kpalimé (120 km de Lomé). Désormais, les évêques catholiques comptent apporter des "réponses exceptionnelles aux circonstances exceptionnelles" que connait le pays.

Entre la fonction de l’écrivain et la mission du prêtre, il n’y aucun seul pas pour le Révérend Père Joseph Nemi  Ngui.  Le curé modérateur de la Paroisse universitaire Saint Jean Apôtre vient de faire son entrée dans le rang des acteurs  philosophes  avec son ouvrage intitulé « Le Moi pur et  l’acte d’être » (MPAE). Le livre dédicacé samedi à Lomé, retrace la vie de la philosophe allemande, Edith Stein, qui a essayé de réconcilier Husserl et Saint Thomas d’Aquin.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer