Breaking News

La Commission de la CEDEAO a évalué mercredi à Lomé la feuille de route des Chefs d’Etat de l’organisation pour la sortie de crise au Togo avec les protagonistes togolais. Cette réunion, qui a enregistré la présence effective du pouvoir et de la Coalition des 14 partis de l’opposition, a été l’occasion de préciser les contours des décisions. A l’issue, la Coalition de l’opposition a indiqué avoir soulevé les manquements de la feuille de route et soulevé la question du découpage électoral pour les élections législatives ainsi que la nécessité d’opérer préalablement les réformes. Quant au pouvoir, il a réaffirmé son engagement à tout mettre en œuvre pour l’application rigoureuse des décisions et pour la tenue des élections le 20 décembre prochain.

Les déclarations et les prises de positions se sont multipliées au Togo depuis la diffusion de la feuille de route de la CEDEAO pour la sortie de crise. L’organisation communautaire s’est particulièrement sentie interpellée par les réserves émises dans les déclarations de certains leaders de la coalition des 14 partis de l’opposition. La Commission de la CEDEAO est à Lomé pour inviter les parties prenantes togolaises à apprécier les décisions prises, le 31 juillet dernier concernant la situation socio-politique togolaise, à leur juste valeur. Il nous revient également qu’il sera notifié à toutes les parties que ces décisions sont contraignantes. Les travaux viennent de démarrer au 2 Février.

Une délégation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est attendue à Lomé mercredi. Conduite par le président de la Commission de l’organisation communautaire, Jean-Claude Brou, la délégation rencontrera les protagonistes de la crise sociopolitique dans le cadre de la médiation en cours. Cette nouvelle rencontre planchera principalement sur la question de la mise en œuvre des décisions contenue dans la feuille de route des dirigeants ouest-africains pour la sortie de crise.

Le  Mouvement de la  Jeunesse Consciente de l’Opposition (MJCO) ayant vu le jour dans la foulée de la crise qui secoue le Togo bientôt un an change dorénavant de dénomination. Devenu Mouvement de la Jeunesse Consciente du Togo (MJCT), il s’est prononcé samedi sur la feuille de route de la CEDEAO.  Le Mouvement qui s’est donné pour mission de sensibiliser les jeunes à la non-violence adhère pleinement aux recommandations de l’institution sous régionale et exhorte la coalition à s’en contenter pour le moment.

Depuis le 19 août 2017, le Togo a connu une crise politique qui a eu d’énormes conséquences sur la cohésion nationale et sur l’activité économique. Le 31 juillet, les Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont pris un certain nombre de décisions dont la mise en œuvre permettra au pays de solder une bonne partie de la lancinante question des réformes politiques qui cristallise les attentions depuis 2006. Le président togolais s’est prononcé sur ces décisions et a estimé qu'il faut tirer les enseignements politiques de la situation que le pays vient de traverser.

L'Union des Forces de Changement (UFC) a indiqué vendredi prendre acte de la feuille de route des Chefs d'États et de Gouvernement de la CEDEAO pour une sortie de crise au Togo. Dans un communiqué, le parti de Gilchrist Olympio exhorte l’opposition et le pouvoir à tout mettre en œuvre pour la mise en œuvre des recommandations devant enraciner la démocratie au Togo. L'UFC reste également convaincue quant à l'avènement d'une alternance pacifique.

L’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS) a réagi mercredi au sujet de la feuille de route de la CEDEAO pour une sortie de la crise politique togolaise. Le parti de Agbeyome Kodjo dit prendre acte des recommandations et considère que la plupart des revendications du Collectif des partis politiques de l’opposition rassemblés dans la Coalition ont trouvé des réponses convenables auprès de la CEDEAO. Il lance un appel à Faure Gnassingbé, à l’Assemblée nationale et à toute la classe politique pour l’aboutissement des propositions de l’organisation communautaire.

L’Union pour la République (UNIR), à travers son mouvement des sages, se réjouit des recommandations formulées par les Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO. Charles Kondi Agba, délégué du parti présidentiel au dialogue intertogolais a déclaré mercredi que les propositions contenues dans la feuille de route sont celles déjà adoptées par les députés UNIR et ne devront concerner que l’avenir une fois votées.

Les acteurs politiques togolais savent désormais à quoi s’en tenir après le passage de la CEDEAO à Lomé. L’organisation communautaire a donné une feuille de route qui s’articule autour des réformes constitutionnelles et l’organisation des élections législatives le 20 décembre. Réagissant mercredi à cette évolution, le Nouvel engagement togolais (NET), le parti présidé par Gerry Taama salue les recommandations qui sont conformes aux propositions qu’il a faites depuis quelques mois. Il exhorte les protagonistes à une mise en œuvre rapide.

La feuille de route de la CEDEAO pour une sortie de la crise sociopolitique qui prévaut au Togo est désormais connue. A l’issue de la 53è session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, les dirigeants de la sous-région ont tracé la voie à suivre.  Dans leurs recommandations, ils ont prescrit l’adoption des réformes constitutionnelles et institutionnelles par voie parlementaire. Ces réformes devront porter la limitation du nombre de mandats présidentiels, l’élection à 2 tours, la recomposition de la Cour constitutionnelle. Les chefs d’Etat de la CEDEAO fixent au 20 décembre prochain la date des élections législatives.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer