Le Togo se dote de nouveaux moyens pour renforcer ses  mesures de sécurité en ces temps où les braquages avec les armes deviennent récurrents. Le pays de Faure Gnassingbé a reçu mercredi des machines et lancé le processus de marquage des armes, dans le cadre du projet d’assistance à la sécurité physique et gestion de stocks, marquage et destruction des armes obsolètes et leurs munitions au Togo. Ce projet vise à permettre au Togo de connaître les détenteurs d’armes, les types d’armes et leur usage.

Le ministre togolais en charge de la sécurité et de la protection civile a fait vendredi le point des accidents de circulation enregistrés sur le 1er semestre de l’année en cours. Le bilan, toujours macabre, pousse le Général Damehame Yark à prendre une mesure forte concernant les motocyclistes.

De fortes pluies continuent d’arroser le Togo depuis le début de la saison pluvieuse. Ces pluies se sont intensifiées depuis le 17 juillet dernier, notamment dans la région des plateaux. Ces averses ont provoqué la crue des cours d’eau. Les pluies enregistrées dans l’après-midi du 20 juillet dernier ont causé la noyade de 3 personnes dans le village de Kpendjini, dans la préfecture de Haho.

Au-delà des braquages qui défrayent la chronique depuis peu au Togo et devant lesquels les autorités sécuritaires sont démunies, se développe un autre phénomène dans le pays. Il s’agit des enlèvements de personnes suivis de demandes de rançons par les ravisseurs. Apparue en 2018, cette nouvelle forme de criminalité continue de sévir en région et sème la panique au sein d’une certaine communauté particulièrement victime.

Le ministre de la sécurité et de la protection civile a présenté mardi la situation sécuritaire du Togo pour le compte du premier semestre de l’année en cours. Damehame Yark  n’a pas mentionné dans son rapport le nombre de cas d’accidents de circulation enregistré ces derniers six mois. Il s’est plutôt intéressé aux vols à main armées, aux cambriolages, aux assassinats et à l’opération entonnoir. Le général Yark s’est expliqué sur la recrudescence des braquages ces temps-ci et a informé sur les actions en cours devant endiguer le fléau. 

Les forces de l'ordre et de sécurité du Togo seront aux urnes le 27 juin prochain pour le compte des municipales du 30 juin, soit 72 heures avant la date proprement dite. Un vote par anticipation  qui a toujours fait objet de débat au Togo. Pour certains, cette pratique reste une formule trouvée par le gouvernement pour contrôler le vote des hommes en treillis. Pour d'autres, il a but de contraindre l'armée à ne plébisciter que le parti au pouvoir. Pourtant, selon le Général Damehame Yark, le vote par anticipation est apprécié dans les autres pays de la sous-région qui manifestent  d'ailleurs l'envie d'emboiter le pas au Togo.

Excédé par la recrudescence des braquages en plein jour à Lomé, le ministre de la sécurité et de la protection civile va enfiler son uniforme de « premier flic du Togo ». Le général Damehame Yark annonce, sans trop les dévoiler, des mesures pour capturer les brigands et les mettre hors d’état de nuire.

Le ministre togolais en charge de la Sécurité est ferme au sujet de la manifestation du Parti national panafricain (PNP). Pour lui, la formation politique de Tikpi Atchadam devra se contenter de manifester dans 3 localités samedi et respecter les circuits proposés par le ministre de l’Administration territoriale, Payadowa Boukpessi. Sur le même sujet, Damehame Yark remet les Chefs traditionnels de Klotto et de l’Avé à leurs places et les renvoie à leur rôle. Et tout en invitant les responsables du PNP à travailler pour la paix, le Général Yark  les met en garde contre tout acte de violence.

Le  ministre de la sécurité et de la protection civile et son collègue des infrastructures et du transport ont publié  le bilan de 2018  sur la situation sécuritaire au Togo. Un bilan très lourd et préoccupant, nettement en hausse comparativement aux chiffres enregistrés ces cinq (5) dernières années. Fait notable, le pays connait ces 12 derniers mois un nouveau cas de criminalité. Il s’agit des cas d’enlèvement dont des Peuhls ont été victimes.

225 nouveaux commissaires et officiers de police  viennent de renforcer l'effectif de la Police nationale du Togo. Après des années de formation, ceux-ci ont reçu mardi à Davié  leurs épaulettes. C'était au cours d'une cérémonie solennelle présidée par le ministre de la sécurité et de la protection civile. Le Général Damehame Yark a exhorté les impétrants à une discipline rigoureuse pour la stabilité et la sécurité du pays.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer