Breaking News

Le ministre togolais de la fonction publique s’est prononcé samedi sur les récentes évolutions politiques et socio-économique dans le pays. Gilbert Bawara, qui était sur tous les fronts lors de la crise sociopolitique, parle peu depuis quelques temps. Néanmoins, il se prononce sur le lancement du Plan national de développement (PND) et estime que sa réussite passera par la participation de toutes les forces politiques et sociales. C’est à ce titre qu’il salue l’entretien entre le Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé et une délégation de la Coalition de l’opposition. M. Bawara se félicite également de l’esprit d’ouverture politique qui a caractérisé le renouvellement de la CENI.

C’est pratiquement le requiem pour la Coalition de l’opposition. Le regroupement de l’opposition, qui affiche un optimisme après sa rencontre avec le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, vient de perdre un influent membre: l’Alliance nationale pour le changement (ANC). Le parti de Jean-Pierre Fabre motive sa sortie de la Coalition par les « divergences grandissantes entre sa vision de la lutte de libération héroïque et historique du peuple togolais et les options inexplicables maintes fois retenues ».

La coalition de l'opposition vient de faire le point de sa rencontre tenue mercredi avec le Chef de l'Etat togolais. Le regroupement politique affirme que l'entretien avec Faure Gnassingbé  a porté sur trois sujets essentiels. A l'arrivée, la délégation conduite par Antoine Folly affiche son optimisme de voir le président togolais se plancher urgemment sur les dossiers évoqués.

La rencontre entre le Président togolais et les leaders de la Coalition de l’opposition s’est achevée  aux environs de midi. Dans une note diffusée à la suite des échanges, la Présidence togolaise a indiqué que les deux parties ont évoqué des sujets d’intérêt national. On apprend également que Faure Gnassingbé a demandé à ses interlocuteurs d’œuvrer pour l’enracinement de la démocratie et pour la consolidation de la paix au Togo.

La coalition des 14 partis politiques togolaise enregistre une nouvelle défection en son sein. Il s’agit de celle du Parti des Togolais (PT). La formation politique dirigée par Nathaniel Olympio a annoncé son retrait du regroupement de l’opposition après le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), le Togo Autrement, Santé du Peuple, le MCD et le Parti National Panafricain (PNP), dont la position n’est pas toujours explicitée. Le Parti des Togolais estime qu’il ne retrouve plus la cohérence qui a toujours caractérisé l’enchainement de ses positions.

C’est Brigitte Adjamagbo-Johnson qui fait l’annonce de la rencontre avec Faure Gnassingbé. Le Chef de l’Etat togolais reçoit dans le courant de la journée les leaders de la Coalition de l’opposition. Pour la Coordinatrice du regroupement de l’opposition, il sera question de parler essentiellement de la mise en œuvre des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales et l’organisation consensuelle des prochaines élections. L'information est également confirmée par la Présidence togolaise.

Le président des Forces démocratiques pour la République (FDR) est triste. Ce leader de la Coalition de l’opposition ne supporte pas la situation qui prévaut actuellement dans le pays. L’acteur politique qui a avoué il y a quelques jours que le regroupement de l’opposition est en difficulté, se dit également très touché par la gouvernance actuelle du pays. Se prononçant sur le Plan national de développement lancé en début du mois par le Chef de l’Etat, Me Apevon parle de la poudre de perlimpinpin.

Les Forces vives « Espérance pour le Togo » tient depuis vendredi à Lomé un forum citoyen. Le but est de parvenir à une fédération des énergies citoyennes permettant de converger les stratégies pour l’obtention des réformes politiques. Plusieurs leaders des organisations de la société civile, des partis politiques mais aussi des représentants des chancelleries étaient présents à l’ouverture de la rencontre. Dans son intervention à l’ouverture, le Père Pierre Marie-Chanel Affognon a appelé les togolais à s’armer de courage pour faire aboutir la lutte.

Aimé Gogue a enfin levé un petit coin de voile sur l’affaire des 30 millions qui éclabousse la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise ces derniers temps. Le président national de l’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral (ADDI) affirme que l’enveloppe en question a été une offrande venant d’un Chef d’Etat. Cependant il conteste l’idée selon laquelle les 30 millions étaient destinés à corrompre le groupe que coordonne, Brigitte Kafui Adjamagbo.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise mènera dans les prochains mois  la bataille pour l’alternance politique au Togo sur deux fronts. Elle va se préparer pour les élections locales et au même moment  mobiliser les populations à redescendre dans les rues. Ces prochaines manifestations auront pour objectif de s’inspirer du peuple algérien pour contraindre Faure Gnassingbé à renoncer à la course à la présidentielle de 2020, comme vient de le faire Abdelaziz Bouteflika.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer