Breaking News

Plus de 4 000 participants du monde entier apprennent à créer une économie bleue durable. C’est dans le cadre du sommet de haut niveau sur l’économie bleu qui se tient depuis le 26 novembre à Nairobi, au Kenya. Première du genre dans la sous-région, la rencontre à laquelle prend part une importante délégation togolaise, a été ouverte par le Président kényan,  Uhuru Kenyatta. La rencontre, co-organisée par le Canada et le Japon, vise à réfléchir sur comment préserver les moyens de subsistances et garantir une durabilité environnementale des océans et des zones côtières.

Le Togo assure depuis le début de ce mois d’avril, la présidence du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA). C’est en cette qualité qu’il a organisé mardi à Addis-Abeba, une session ministérielle de ce conseil. Les travaux ont été présidés par le Chef de la diplomatie togolaise, le Prof Robert Dussey et ont débouché sur plusieurs conclusions.

La Charte de Lomé voit le nombre de ses signataires s’agrandir au fil des mois. Signé par seulement 18 pays lors du sommet extraordinaire de Lomé tenu le 15 Octobre 2016, cet instrument de lutte contre les crimes dans les mers africaines porte désormais la signature de 30 Etats africains.

L’Assemblée nationale togolaise a autorisé vendredi la ratification de la Charte africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique dénommée « Charte de Lomé ». C’était lors de la 10ème séance plénière de la 2ème session ordinaire de l’année 2016. Tous les députés présents y compris ceux de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) ont donné quitus au texte au grand bonheur du chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey.

La République arabe d’Egypte a pris une part active au Sommet de Lomé sur la sécurité, la sûreté maritimes et le développement en Afrique. Le gouvernement égyptien représenté à Lomé par le Docteur Galal Alsaied, Vice Premier Ministre et ministre de transport a salué l’adoption de la Charte de Lomé.

"Quand les routes maritimes sont jonchées de pirates, le Port de Lomé enregistrera peu de navires. Quand il y a peu de navires, il y a moins de droits de douanes et quand il y a moins de droits de douanes, le budget voté ne peut pas être réalisé. Donc, cela cause l'amenuisement des moyens pour répondre à la demande sociale dans tel ou tel autre domaine".

Pari gagné. C'est en ces termes que le ministre togolais des affaires étrangères, de la coopération et de l'intégration africaine, Robert Dussey a apprécié lundi l'adoption et la signature samedi dernier de la Charte de l'Union africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique, dénommée "Charte de Lomé". 

C'est désormais chose faite. La Charte sur la sécurité et la sûreté maritime et le développement en Afrique a été adoptée et signée samedi à Lomé par les Chefs d'Etat et de gouvernement africains réunis en session extraordinaire. La Charte est dénommée: 'Charte de Lomé'.

Le Conseil exécutif de l’Union africaine a adopté jeudi à l’unanimité le projet de Charte de Lomé sur la sécurité maritime et le développement en Afrique. Le texte sera soumis samedi à la Conférence des Chefs d’Etat pour adoption.

L’ancien Premier Ministre, Agbeyome Kodjo, le ministre des transports, Ninsao Gnofam et le Chef d’Etat-Major de la marine nationale, le Capitaine de vaisseau Neyo Takougnadi ont replacé mercredi le sommet de Lomé dans son contexte. C’était au cours d’une conférence de presse animée au centre de conférence du sommet.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer