Breaking News

Le ministre togolais de la sécurité s’est prononcé jeudi sur la sécurisation des prochaines élections législatives. Pour Damehame Yark, la Force sécurité élection (FOSE) 2018 est prête à accompagner la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à tenir les élections législatives le 20 décembre prochain. Le général Yark qui prédit une fin de carrière pour les leaders de la Coalition de l'opposition, prévient ceux qui tenteront d’empêcher la tenue de ces élections.

Les députés de l’opposition togolaise ont déserté mercredi l’Assemblée nationale alors que démarrait l’examen du projet de loi de modification constitutionnelle introduit par le gouvernement togolais il y a deux semaines. Les parlementaires de l’opposition ne comptent pas s’associer à la démarche du pouvoir visant à « décider ce qui lui convient ». S’inscrivant dans la même logique, la Coalition des 14 partis politiques exige la prise en compte des propositions de l’expert constitutionnaliste de la CEDEAO, qui sont des avancées réelles.

La Conférence des Evêques du Togo (CET) entrevoit le pire pour le Togo si rien n’est fait  pour décrisper la tension sociopolitique avant les prochaines échéances électorales. Pour les Evêques, la préparation unilatérale des législatives à venir risque de conduire à nouveau le Togo dans un chaos. Les prélats exhortent une nouvelle fois les politiques à opérer impérativement les réformes constitutionnelles et institutionnelles pour en finir une fois pour de bon avec les violences postélectorales sur la Terre de nos aïeux.

La CEDEAO, engagée dans la résolution de la crise togolaise entérine le rapport de l’expert constitutionnaliste devant aboutir aux réformes constitutionnelles et institutionnelles au Togo. Dimanche, l’institution sous régionale a indiqué que le projet de texte proposé par le Sénégalais Alioune Badara Fall est conforme avec les décisions du sommet du 31 juillet dernier. Elle réitère que les réformes doivent être adoptée par la voie parlementaire ou par des consultations électorales, le cas échéant. 

Le Mouvement Citoyen pour la Démocratie (MCD) s’est réjoui lundi du respect par des togolais de son appel à la participation de la séance de rattrapage du recensement qui s’est tenue les 16, 17 et 18 novembre derniers. Le parti de Me Mouhamed Tchassona-Traoré demande à présent au gouvernement togolais de revoir le chronogramme des élections législatives pour permettre à la CENI recomposée et aux experts de la CEDEAO de proposer aux Togolais un fichier électoral acceptable justifiant la convocation d’un corps électoral connu.

La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise a manifesté, comme prévu, samedi dans les rues de Lomé. Mécontente du processus électoral en cours et des dernières décisions prises par les facilitateurs, l’opposition a mobilisé ses partisans pour donner un signal fort au régime de Faure Gnassingbé. Occasion d’inviter les Chefs d’Etat de la CEDEAO à véritablement aider le Togo à sortir de la situation actuelle que d’avaliser « un coup de force électoral ». Le regroupement politique réitère son refus d’aller « valider une mascarade électorale » organisée par le régime pour se maintenir.

Le Mouvement du  Peuple pour la Liberté (MPL) met ses menaces en exécution. En conférence de presse le 6 novembre dernier le mouvement politique de Pascal Adjamagbo brandissait la menace de descendre dans les rues et de ne rebrousser chemin que quand ses revendications seront satisfaites. Il vient de joindre l’acte à la parole en appelant ses militants à la manifestation de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise prévue pour ce samedi 17 novembre à Lomé.

Le mouvement les forces vives « Espérance pour le Togo » s’est indigné jeudi devant la presse au sujet des dernières décisions contenues dans le communiqué des facilitateurs de la CEDEAO. L’organisation a traité le silence de la CEDEAO d’incompréhensible, surprenant et complice. Le mouvement dirigé par le père Pierre-Marie Affognon appelle l’ensemble des togolais à se lever contre les élections du 20 décembre.

Des organisations de la société civile engagées dans la diplomatie non gouvernementale ont salué jeudi les efforts consentis par le gouvernement togolais pour trouver une solution durable à la crise que traverse le pays. Ces organisations notent que la feuille de route de la CEDEAO est effectivement appliquée et demandent aux parties prenantes de la crise de privilégier l’intérêt général pour une résolution rapide.

Le Mouvement Jeunesse Consciente du Togo (MJCT) s’allie au Mouvement Citoyen pour la Démocratie (MCD) en exhortant les militants de l’opposition à se faire enrôler les 16, 17 et 18 novembre prochains. Le Mouvement que préside Victoire Ametsyo a invité jeudi les citoyens togolais qui ne se sont pas fait recenser dans le délai réglementaire à profiter de la prorogation des trois jours supplémentaires pour se rattraper. L’organisation demande par ailleurs aux jeunes à ne plus se laisser manipuler par les politiques qui les appellent à manifester.

  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer