La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise maintient ses manifestations comme prévu à partir du 19 juillet malgré la désolidarisation du Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam. Selon Brigitte Adjamagbo-Johnson, la Coordinatrice de ce regroupement politique, les meetings seront tenus dans toutes les villes ciblées, y compris à Mango, Bafilo et Sokodé. La patronne de la CDPA s’est également expliquée sur la guerre entre l’ANC de Jean-Pierre Fabre et le parti d’Atchadam.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise compte intensifier la lutte tout ce mois de juillet à l’issue duquel les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO formuleront des propositions de sortie de crise au Togo. Brigitte Adjamagbo-Johnson, la coordinatrice du regroupement a appelé lundi les partisans de l’opposition à rester mobilisés pour répondre massivement au prochain appel à manifester qui ne devrait pas tarder.

Le président ghanéen, Nana Akufo-Addo est-il fatigué de la crise togolaise au point de rendre le tablier pendant que le dialogue qu’il a la responsabilité de faciliter peine à aboutir ? La question est posée depuis le milieu de la semaine dernière. A la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition, on estime qu’il n’en est rien. La coordinatrice de ce regroupement politique, Brigitte Adjamagbo-Johnson pense que le président ghanéen est de bonne foi pour aider les togolais à sortir de la crise.

La Coordinatrice de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise ne comprend pas la « militarisation » de plusieurs villes du Togo dont Lomé, la capitale par le pouvoir de Faure Gnassingbé. Pour Brigitte Adjamagbo Johnson, il s’agit simplement d’une attitude d’un régime « fou, paranoïaque, obsédé » qui est prêt à décimer la population pour conserver au pouvoir. Mme Adjamagbo-Johnson a de nouveau dénoncé l'interdiction systématique des manifestations de la Coalition des 14 et les exactions des militaires sur les populations civiles. Le regroupement a d'ailleurs programmé des meetings sur le week-end pour remobiliser ses troupes.

Dans la lettre adressée à la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition le vendredi dernier, le gouvernement togolais, qui n’interdit pas cette fois-ci les manifestations, a décidé de les circonscrire, à travers ses recommandations, au quartier Bè. Le regroupement de l’opposition parle d’une interdiction déguisée et n’est pas prêt d’accepter les itinéraires proposés. Pour Brigitte Adjamagbo-Johnson, la coordinatrice de la coalition, les anciens itinéraires sont maintenus.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise n’est pas restée indifférente au sujet du sommet extraordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO que le Togo abrite ce samedi 14 avril. Elle a manifesté sa surprise par rapport le choix du Togo pour accueillir l’événement alors que le pays traverse une crise sociopolitique. La coordinatrice du regroupement, Brigitte Adjamagbo-Johnson indique que Faure Gnassingbé n’a aucune autorité morale à se mêler du problème des autres.

Le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales a décidé d’annuler les manifestations programmées pour la semaine par la Coalition de l’opposition annoncé en semaine par les leaders du Parti national panafricain (PNP). Payadowa Boukpessi évoque la nécessité de respecter le règlement intérieur du dialogue politique en cours et d’avoir d’égard pour le facilitateur, Nana Akufo-Addo. La Coordinatrice de la Coalition fustige une décision dictatoriale qui n’émeut pas le regroupement qu’elle dirige. Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson attend juste un retour de la facilitation sur la question de l’arrêt de la préparation des élections pour se déterminer quant aux manifestations de rue.

Me Tikpi Atchadam et Brigitte Adjamagbo-Johnson jouent la carte de la transparence. Le président du Parti national panafricain (PNP) et la Secrétaire générale de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) ont pris chacun lundi un vol en direction  de Paris où les attend le président en exercice de l’Union Africaine. Et ils l'ont annoncé publiquement.

Depuis les violentes manifestations qu’a connues la ville de Sokodé entre les mois d’août et de septembre et les violences enregistrées dans la ville voisine de Bafilo à l’occasion des manifestations de septembre, ces deux villes sont quadrillées par les forces de défense et de sécurité et les manifestations de l’opposition n’y sont plus autorisées. Mardi dernier, des militants de l’opposition avaient tenté de se regrouper mais ont été littéralement dispersés. La coalition de l’opposition prévoit une stratégie pour libérer ces deux villes.

Pour les manifestations publiques de 3 jourus qui démarrent ce mardi, une délégation des 14 partis de l’opposition conduite par Brigitte Adjamagbo Johnson a sillonné la région des plateaux le week-end dernier. Le but était de sensibiliser les populations sur les enjeux des nouvelles grandes mobilisations de l’opposition dans le pays. A l’occasion, Mme Adjamagbo-Johnson a appelé les populations à conclure la longue lutte.

ADS Covid
  1. Populaires
  2. Tendance
Fermer