Breaking News

Les braqueurs continuent de faire la loi au Togo. Malgré l'inquiétude que cette situation créée au niveau des populations, tout semble indiquer que les malfaiteurs sont inarrêtables. Samedi soir, ils sont encore passés à l'acte à Bè-Kpehenou. On signale un blessé grave et une importante somme d'argent emportée.

Le Général Damehame Yark va devoir revoir ses chiffres. 72 heures après la présentation du bilan sur la situation sécuritaire du Togo pour le compte du premier semestre de l’année en cours, un nouveau braquage vient d’être enregistré. Cette fois, les malfaiteurs ont tiré et fait un mort.

Le ministre de la sécurité et de la protection civile a présenté mardi la situation sécuritaire du Togo pour le compte du premier semestre de l’année en cours. Damehame Yark  n’a pas mentionné dans son rapport le nombre de cas d’accidents de circulation enregistré ces derniers six mois. Il s’est plutôt intéressé aux vols à main armées, aux cambriolages, aux assassinats et à l’opération entonnoir. Le général Yark s’est expliqué sur la recrudescence des braquages ces temps-ci et a informé sur les actions en cours devant endiguer le fléau. 

Lomé, la capitale du Togo vient d’enregistrer le deuxième braquage en moins de 72 heures. Après celui de l’Université de Lomé, un autre a été enregistré vendredi à Super Taco. Plus de 19 millions sont emportés par les malfaiteurs.

C’était la frayeur mardi matin à l’Université de Lomé. Des coups de feu ont retenti pendant que les activités académiques se déroulaient normalement. Des braqueurs venaient ainsi de provoquer la panique après avoir cassé les parebrises d’une voiture et emporté, selon plusieurs témoins, 5 millions de francs CFA.

Excédé par la recrudescence des braquages en plein jour à Lomé, le ministre de la sécurité et de la protection civile va enfiler son uniforme de « premier flic du Togo ». Le général Damehame Yark annonce, sans trop les dévoiler, des mesures pour capturer les brigands et les mettre hors d’état de nuire.

La police togolaise se réorganise pour assurer la sécurité des populations. Pendant que son nouveau patron, Yaovi Okpaoul s’installe, elle a démantelé  un réseau de braqueurs qui opère essentiellement à Lomé et ses environs. Ces malfrats impliqués dans des braquages dans la capitale togolaise croupissent pour l’heure à la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ), attendant d’être présentés au Procureur de la République.

Au Togo, les braquages se poursuivent et se ressemblent. Le phénomène prend de l’ampleur et les populations s’inquiètent. Mais visiblement, les autorités sécuritaires semblent démunies face à la situation. En fin de semaine dernière, un nouveau braquage s’est produit au Grand Marché de Lomé. Une dizaine de millions avait été emportée. On en était là quand dimanche, un Zemidjan a été tué à Dapaong et sa moto emportée.

La police togolaise donne des clarifications sur le braquage à mains armées qui s’est déroulé mercredi aux feux tricolores du marché d’Amoutivé. Un commerçant au grand marché de Lomé qui venait de collecter de l’argent et se rendait à l’aéroport pour l’envoyer en Chine pour des achats a été surpris par des braqueurs armés qui ont immobilisé sa voiture et emporté l’argent. Selon le rapport de la police, ce sont 122 868 175 Fcfa qui ont été emportés. Une enquête est ouverte.

Des individus armés ont braqué un commerçant mercredi à Lomé. L’infortuné venait de faire des opérations à l’agence Ecobank du Grand Marché de Lomé et se dirigeait vers l’aéroport de Lomé, probablement pour un voyage d’affaire. Mais arrivé à Amoutivé, sa voiture a été immobilisée par des individus armés. Et ces braqueurs ont emporté, selon plusieurs témoins, la bagatelle somme de 400 millions de Fcfa.

TGCEL Vogan Anfoin
  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer