Breaking News
MIRAMBEAU

La Commission de réflexion sur les réformes politiques, institutionnelles et constitutionnelles (CRRPIC) a rendu le vendredi 8 septembre dernier son rapport au Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé. C’est la présidente de l’institution qui l’annonce dans un communiqué rendu public mardi.

La tournée nationale entamée par la Commission de réflexion sur les réformes politiques, institutionnelles et constitutionnelles est presque à sa fin. Presque parce que la structure présidée par Awa Nana-Daboya qui n’a pas encore tenue les séances dans les préfectures d’Agoè-Nyivé, du Golfe et des Lacs, suspend la tournée pour accélérer l’élaboration du texte des réformes.

La Commission de réflexion sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles poursuit son périple en région pour recueillir les avis des populations sur la question des réformes. Vendredi, elle a posé ses valises à Kpalimé. Les travaux ont été ouverts par la présidente Awa Nana-Daboya et se poursuivent sous l'égide de Dago Yabre, membre de la commission.

L’étape d’Atakpamé de la tournée de la Commission de réflexion sur les réformes a été quelque peu mouvementée mais pas suffisamment pour désarmer Awa Nana-Daboya qui a tenu à expliquer à la population que le travail de son équipe ne vise pas à balayer d’un coup de baguette magique la Constitution actuelle du Togo. Elle rassure qu’elle n’est pas non plus là pour traduire la volonté d’un parti politique et promet une Constitution qui répondra aux aspirations des uns et des autres.

Tout comme le président du Renouveau et de la Rédemption, Nicolas Lawson, le Comité d'Action pour le Renouveau (CAR) de Me Yaovi Agboyibor trouve que la tournée d'Awa Nana Daboya n’est pas nécessaire. "Jonglage, improvisation et du sur place", c'est les qualificatifs employés par Togbui Dagban Ayivon, coordonnateur régional Lomé expliquant les préoccupations de son parti sur le sujet. Ils craignent dit-il une répétition de la scène des années 1990 sur la question du multipartisme dans le cadre de la lutte pour l'avènement de la démocratie au Togo.

Les consultations populaires que fait actuellement la Commission de réflexion sur les réformes ne se sont pas déroulées à Sokodé comme dans les autres villes déjà visitées par la délégation d’Awa Nana-Daboya. Devant un public surexcité qui ne disait que la même chose et n’était pas prêt à écouter les interventions des membres de la Commission, Awa Nana n’a eu d’autres choix que de clôturer plutôt que prévue la rencontre.

La tournée de la commission de réflexion sur les réformes se poursuit dans le septentrion du pays. La délégation d’Awa Nana-Daboya séjourne actuellement dans la région de la Kara. Dans les différentes préfectures de cette région, les préoccupations des populations rejoignent majoritairement celles déjà exprimées par les habitants de la région des Savanes. Mais dans la Kara, les communautés demandent des réformes politiques immédiates.

Le président du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR), Nicolas Lawson ne fait aucun cadeau à Awa Nana-Daboya, la présidente de la Commission de réflexion sur les réformes. Intervenant dimanche sur Pyramide FM, l’ancien candidat à la présidence togolaise taxe la présidente de l'institution d’être un problème et une honte pour le Togo. Et la tournée en cours est simplement une mascarade pour M. Lawson.

L'Alliance Nationale pour le Changement (ANC) change-t-elle de fusil d’épaule après la marche du 03 août dernier. La formation politique de Jean-Pierre Fabre invite ses militants à répondre au rendez-vous de la Commission de réflexion sur les réformes après l'avoir contestée maintes fois.

Depuis lundi, la Commission de réflexion sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles échange avec les populations togolaises sur les réformes qu’elles veulent avoir pour l’avancement du Togo. Après Mandouri, Dapaong et Cinkassé, la délégation d’Awa Nana-Daboya a rencontré mercredi les populations de Tandjouaré et de l’Oti. Partout, plusieurs veulent la limitation de mandat et bien d’autres réformes.

Facebook

Fermer