La société civile togolaise n’entend plus abdiquer. Dix (18) organisations réunies au sein du Front Citoyen Togo Debout (FCTD) ont réaffirmé mercredi  leur détermination à multiplier les manifestations pour que les récentes bavures policières soient punies. Elles ont procédé à un dépôt de gerbe en mémoire de Mohamed Agbende-Kpessou et de Dodji Koutouatsi à l’issue d’une conférence de presse tenue mercredi à Lomé.

Un jeune homme laveur de voiture a été abattu froidement jeudi en fin de matinée à Avédji.  Le général Damehame Yark donne des détails sur le drame et rassure la population que ce crime ne restera pas impuni.

Un soldat a tiré jeudi à balle réelle sur un civil à Avédji, Lomé. La scène s'est passée au carrefour Sun City  en fin de matinée. La victime aurait refusé d’obtempérer suite à une verbalisation des forces de l’ordre. La situation est actuellement tendue dans le quartier.

Plusieurs cadres de Siou et de la préfecture de Doufelgou sont atteints par l’assassinat du Colonel Bitala Madjoulba. Le ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara, parenté au disparu se remet difficilement. Alors même qu’il est fortement critiqué, tout comme les autres cadres qui jouent la carte de l’apaisement, M. Bawara exhorte ses frères et sœurs Nawda à évoter les agitations intempestives, qui ne servent à rien.

Les Forces armées togolaises pleurent encore. Quatre des leurs ont péri ce week-end dans un accident de circulation. Le drame a eu lieu au moment où le colonel Bitala Madjoulba assassiné le 04 mai dernier n'est pas toujours inhumé.

La manifestation des habitants de Doufelgou prend d’autres tournures. Destinée à réclamer le corps du défunt Colonel Toussaint Bitala Madjoulba, elle a fini par dégénérer. Selon des informations parvenues à Togobreakingnews, le préfet de Doufelgou a été blessé et un manifestant a été atteint par une balle.

Les habitants de Siou ne décolèrent pas. Ils ont de nouveau battu les pavés lundi pour réclamer le corps du colonel Bitala Madjoulba assassiné dans la nuit du 3 au 4 mai dernier. La manifestation a pris de l'ampleur avec la participation des populations du canton de Koka, Tenega, Niamtougou et de Baga. Gerry Taama, député, natif du milieu et parent du feu Col Madjoulba soutient le mouvement.

Des organisations de Défense des  Droits  de  l’Homme (ODDH)  ont dressé jeudi un tableau peu reluisant sur la situation des droits de l’homme au Togo ces derniers temps. Pour ces organisations, les bavures policières pendant le couvre-feu et la tuerie du colonel Bitala Madjoulba ont rendu remarquable la violation des droits ces jours-ci dans le pays. Préoccupées plus de la mort de l’officier supérieur des FAT, elles demandent à la famille éplorée de porter plainte et exigent du gouvernement des analyses balistiques sur la balle retrouvée dans le corps du défunt.

L’assassinat du Colonel Bitala Madjoulba continue de susciter plusieurs réactions. La nomination 24 heures après de son successeur également. Si plusieurs ont jugé cette nomination incompréhensible alors même que les circonstances du drame ne sont pas encore élucidées, pour Gerry Taama, elle renforce la théorie du complot.

L’assassinat du Colonel Bitala Madjoulba continue de défrayer la chronique. Jeudi, les populations de Siou, son village d’origine, ont manifesté leur mécontentement et exigé qu’une lumière soit faite sans délai. Réagissant sur le sujet, le Comité d’action pour le renouveau (CAR) invite les autorités togolaises à ouvrir une enquête appropriée.

ADS TG TERMINAL
  1. Populaires
  2. Tendance
Fermer