Breaking News

Aucun relevé de conclusions n’est encore disponible au sujet de la 3e réunion du Comité de suivi tenue lundi à Conakry sous la présidence du Chef de l'Etat guinéen, Alpha Condé, Co-facilitateur dans la crise sociopolitique en cours au Togo. Mais déjà, les protagonistes laissent filer quelques éléments. Dans les rangs de la coalition des 14 partis politiques de l'opposition togolaise, on signale qu’il y aura une « reprise du processus électoral avec à la clé un report des élections ». Les mêmes sources assurent également que le Prof Alpha Condé serait « en courroux contre le pouvoir de Lomé » et annonce une prochaine arrivée à Lomé des deux facilitateurs pour remettre l’exécution de la feuille de route sur les rails.

Nicolas Lawson a exprimé dimanche sa désapprobation concernant la facilitation d'Alpha Conde dans la crise togolaise. Alors que pouvoir et coalition de l'opposition séjournent depuis samedi chez le président guinéen pour faire le point de l'évolution de la crise, le président national du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR) soutient que le Togo "mérite mieux que Conde comme facilitateur". Il appelle les protagonistes à travailler ensemble et à faire des compromis pour décrisper eux-mêmes la tension dans le pays.

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise n’a pas pu se rendre samedi à Conakry en Guinée comme prévu. Le déplacement a été annulé à la toute dernière minute pour, non seulement des raisons d’agenda du président guinéen, Alpha Condé, mais aussi des problèmes techniques rencontrés par l’avion affrété. L’ajournement du voyage a été confirmé par des leaders du regroupement politique.

La CEDEAO se réactive pour une meilleure coordination de la mise en œuvre des recommandations devant sortir le Togo de la crise sociopolitique qu’il traverse depuis plus d’un an. Deux jours après la sortie de la Coalition de l’opposition, qui estime que le pouvoir de Faure Gnassingbé a mis en échec la résolution pacifique de la crise, le Président guinéen, Alpha Condé convie les leaders du regroupement à Conakry pour une concertation. Le co-facilitateur de la CEDEAO évoquera la feuille de route dont la mise en oeuvre divise le pouvoir et la Coalition des 14 partis politiques.

Le Chef de l’Etat togolais séjourne depuis lundi en terres guinéennes. Mardi, il prendra part aux cérémonies commémoratives du 60ème anniversaire de l’accession à la souveraineté internationale de la Guinée. Faure Gnassingbé répond ainsi à une invitation de son homologue guinéen, Alpha Condé, également un des facilitateurs dans la crise sociopolitique togolaise.

Alors que la guerre d’interprétation du communiqué des facilitateurs du dialogue inter-togolais reste farouche au sujet des élections depuis bientôt une semaine que le 4e round du dialogue inter-togolais s’est déroulé, Alpha Condé, le facilitateur guinéen a décidé de clarifier les choses. Pour le président guinéen, les facilitateurs de la CEDEAO n’ont pas appelé à des élections mais ont juste fixé une date indicative. De l’autre, il affirme que malgré quelques avancées, la solution est encore loin pour le fait que les positions du pouvoir et de l’opposition soient toujours tranchées.

Présent dans la capitale togolaise depuis mardi, Nana Akufo-Addo, le président ghanéen a été rejoint mercredi matin par son homologue guinéen, Alpha Condé. Les deux présidents viennent de démarrer les concertations avec le parti au pouvoir, le gouvernement et la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Ils espèrent qu'un consensus sera dégagé.

Ce n’est plus un doute. Les parties prenantes de la crise sociopolitique togolaise ont été incapables de trouver un compromis devant sortir le pays de la situation qu'il traverse depuis 10 mois. Le dialogue politique entamé le 19 février dernier n’a encore rien donné. Après plusieurs consultations bilatérales avec les protaganistes, les facilitateurs sont à Lomé pour une ultime tentative de recherche de compromis. La rencontre de ce mercredi vise essentiellement deux objectifs, selon les indiscrétions.

Si cela ne tenait qu’au président guinéen, Alpha Condé, le dialogue inter togolais pourra se tenir entre les 23 et 26 janvier prochains. Le président en exercice de l’Union africaine a proposé mardi ces dates après des discussions avec une délégation de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise à Conakry. La même délégation a été reçue mardi à Accra par le président ghanéen au sujet des discussions. Mais selon des indiscrétions parvenues à la rédaction de Togo Breaking News, Faure Gnassingbé aura à donner son avis en ce qui concerne l’agenda définitif du dialogue.

L’opposition togolaise a eu des échanges fructueux lundi avec le président guinéen au sujet de la crise sociopolitique en cours au Togo.  Co-médiateur dans la crise pour la décrispation du climat politique, Alpha Condé aurait marqué son étonnement de ce que des militants de l’opposition soient encore détenus en prison et que d’autres continuent d’être arrêtés. Des informations en provenance de Conakry font croire que le président en exercice de l’Union Africaine a promis aux leaders de l’opposition togolaise qu’il va reprendre son bâton de pèlerin.

TGCEL Vogan Anfoin
  1. Populaires
  2. Tendance

Facebook

Fermer