1

Hôpitaux: Sit-in suspendu pour un dialogue

Rich results on Google's SERP when searching for 'hôpitaux'

Les agents de santé au Togo veulent de meilleurs hôpitaux sanitaire pour le bien-être de la population. Après un mouvement de sit-in massivement suivi, le Collectif des syndicats de santé appellent ses membres à l’apaisement. Il suspend son mot d’ordre de sit-in qui doit se poursuivre ce jeudi. Le Collectif veut donner une nouvelle chance aux discussions avec le gouvernement.

Le gouvernement togolais veut discuter une nouvelle fois avec les praticiens hospitaliers. Pour des échanges sereins, le collectif des syndicats de santé a décidé de suspendre le mot d’ordre.

L’appel à suspendre le mot d’ordre de sit-in de deux jours est contenu dans un communiqué.

Selon la note, le collectif a été reçu à la veille du mouvement de mercredi par le ministre de la fonction publique, du travail et du dialogue social.

Gilbert Bawara, d’après les thèmes des agents de santé, a  rassuré de la détermination du gouvernement à trouver par le dialogue, des solutions aux problèmes du secteur et qu’à ce titre un CNDS est prévu pour se tenir le mardi 7 Septembre prochain.

Discuter des problèmes des hôpitaux

Cette rencontre permettra d’évoquer les problèmes du secteur de la santé avec les solutions que préconise le gouvernement.

« A la synthèse des discussions ayant eu lieu dans les différents hôpitaux, Considérant la disponibilité du gouvernement à maintenir le dialogue et à trouver des solutions pérennes, considérant le contexte sanitaire et pour le peuple togolais, afin d’atteindre nos objectifs de lutte, le collectif suspend son mot d’ordre de sit-in du jeudi 02 Septembre 2021 », lit-on dans le communiqué signé par le porte-parole des syndicats.

Gilbert Tsolenyanu et les autres précisent qu’étant responsables, ils  donneront toujours une chance au dialogue, à la franchise dans les négociations et le respect de la parole donnée, tout en étant mobilisés et en alerte.

Notons que le motif du mot d’ordre de sit-in lancé reste le respect des engagements pris par le gouvernement au sortir du Groupe de travail de 2019.