1

ESTBA: Dodzi Kokoroko autorise le Master de recherche BMC

Le master de recherche Biotechnologie microbienne et cellulaire (BMC) à l’Ecole supérieure des techniques biologiques et alimentaires (ESTBA) se tiendra finalement. Ainsi en a décidé jeudi le Président de l’Université de Lomé, Prof Dodzi Kokoroko dans une note de service. Mais l’inscription des étudiants sélectionnés est soumise à conditions.

Dans une lettre adressée le 6 avril dernier à la direction de l’ESTBA, Dr Kafui Kpegba, la 2e vice-présidente de l’Université de Lomé avait indiqué que cette école ne pouvait pas abriter un master de recherche en son sein. Dr Kpegba se basait sur l’article 6 de l’arrêté n°060/UL/P/SG/2018 portant création et administration des licences à l’Université de Lomé.

Une situation qui a suscité une vive inquiétude au sein des étudiants qui ont postulé à ce master. En effet, un appel à candidature avait été lancé pour master de recherche Biotechnologie microbienne et cellulaire (BMC). Sur un total d’environ 500 candidats, 27 ont été retenus. Chacun des postulants a eu à payer un montant de 15.000F au titre de frais d’étude de dossier.

Pour corriger la situation, le Président de l’Université de Lomé autorise la reprise du processus pour permettre aux étudiants de finaliser leur inscription pour le début de la formation.

Prof Kokoroko indique que la spécificité Recherche du Master « Biotechnologie microbienne et cellulaire » ne saurait être remise en cause.

Evoquant le recrutement de façon plus précise, Dodzi Kokoroko note que les candidats sélectionnés sur la base de la Licence professionnelle délivrée par l’ESTBA doivent, sous la supervision de la DAAS, suivre des Unités d’enseignement de mise à niveau non créditées définies en accord avec la Commission LMD de l’Université de Lomé.

« Ce n’est qu’à ce prix que j’autorise de manière exceptionnelle l’inscription des candidats sélectionnés cette année pour la période 2020-2022 », précise Prof Kokoroko.

Le président de l’Université de Lomé demande également de commencer très vite les travaux de définition des passerelles entre les parcours de l’Université de Lomé de façon à faciliter la lisibilité de la reconnaissance de l’excellence interne, surtout en ce qui concerne les parcours professionnels.