Ad Top Header

Les épisodes du feuilleton de la contestation électorale au Togo se poursuivent. Agbeyome Kodjo qui pourrait perdre son immunité parlementaire rejette les chefs d'accusation retenus contre lui par le procureur de la République. Pendant ce temps, le siège érigé autour du domicile de l’ancien Premier ministre depuis mercredi est levé en milieu de matinée.

L’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral (ADDI) a condamné jeudi les manœuvres des autorités togolaises visant l’arrestation d’Agbeyome Kodjo et son parrain Mgr Kpodzro. Le parti, dont le candidat Aimé Gogué a été classé 4e à l’issue de l’élection présidentielle, dénonce des « intimidations et tentatives visant à arrêter et incarcérer celui à qui des togolais ont accordé leurs voix lors du scrutin du 22 février 2020 ».

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a pris la défense du candidat de sa Dynamique mercredi à Lomé. L’archevêque émérite de Lomé a rejeté toutes les accusations portées contre Agbeyome Kodjo et demande au pouvoir togolais de l’accuser à la place de l’ancien Premier ministre. Mgr Kpodzro se dit décidé à résister aux « voleurs de la victoire » et annonce un plan B.

Le candidat de la Dynamique Mgr Kpodzro est convoqué pour mercredi matin à l’Assemblée nationale. Agbeyome Kodjo qui continue de contester les résultats de l’élection présidentielle du 22 février dernier est accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

L’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) a indiqué mardi que les chiffres définitifs de la présidentielle du 22 février publiés par la Cour constitutionnelle confirment le caractère frauduleux et factice, fantaisiste et farfelu des résultats de ce scrutin. Pour le parti, les  prestations de la Haute juridiction  ne sont qu’une mystification qui ne repose sur aucun résultat provenant des procès- verbaux régulièrement validés par les 9.389 bureaux de vote officiels de la CENI. L’ANC dit avoir saisi la Cour de Justice de la CEDEAO sur le sujet et demande l’annulation du scrutin.

Les Forces Démocratiques pour l'Alternane pacifique en 2020 ont dénoncé lundi l'enlèvement d' Otto Koashie Apedo. Elles en appellent à sa libération immédiate et demandent au gouvernement de mettre fin à la forfaiture.

L’archevêque émérite de Lomé ne lâche pas l’affaire. Mgr Philippe Fanoko Kpodrzo qui réagit à la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle rejette les chiffres. Pour lui, c’est son candidat Agbeyomé Gabriel Kpodzro qui est le véritable gagnant de l’élection présidentielle du 22 février. Il appelle les populations à donner « l’assaut final » parce que « l’heure de Dieu a sonné ».

Le Bloc Alternatif Togolais pour une Innovation Républicaine (BATIR) a salué vendredi l’élection présidentielle du 22 février 2020. Ce parti politique ayant soutenu Faure Gnassingbé lors de cette échéance estime qu’une nouvelle page s’ouvre pour le Togo. Le parti présidé par Vincenzia Meyer se dit satisfait de la victoire de Faure Gnassingbé et appelle à faire bloc autour du président réélu.

Antoine Koffi Nadjombé, nommé « Premier ministre » par Agbeyome Kodjo a remercié vendredi le candidat de la Dynamique Mgr Kpodzro pour la confiance à lui faite. Alors même que le parti UNIR dont le candidat est déclaré gagnant par la Cour constitutionnelle a sifflé la fin de la récréation, M. Nadjombé déclare que le jour tant attendu pointe à l’horizon. Et quand le parti UNIR se veut menaçant, le collaborateur d’Agbeyome Kodjo invite le pouvoir à « négocier ».

Le parti UNIR s’est félicité jeudi du calme et de la pondération qui ont globalement marqué le processus électoral. Pour les dignitaires de UNIR, cela contribue à renforcer le cycle vertueux d’élections apaisées, amorcé depuis quelques années. Le parti salue la victoire de son candidat et appelle les togolais à sauvegarder la paix et la stabilité. Il invite par ailleurs la classe politique à privilégier l’intérêt national.

OTR