Ad Top Header

Des organisations de la société civile dénoncent une restriction des espaces d'exercice de la liberté de manifestation et de musèlement  de la presse au Togo. Pour elles, depuis le vote de la "Loi Boukpessi" en 2019 par la 6è législature, il y a un obstacle à la liberté de réunion et de manifestations. Elles soulignent également la vague de condamnation des médias ces jours-ci. Une journée de réflexion a réuni différentes couches socioprofessionnelles samedi à Lomé.

Au Togo, des parents d’enfants morts lors des manifestations publiques de l’opposition et de la société civile entre 2017 et 2019 ont lancé mercredi le Collectif des Familles des Victimes (CFV). Ce creuset piloté par 4 familles entend mutualiser les énergies et user de toutes les voies pour faire la lumière sur la disparition de leurs enfants.

La Dymanique Monseigneur Kpodzro n'entend pas abdiquer. Malgré l'interdiction de la manifestation du 28 novembre prochain, la Conférence des présidents de ce regroupement  appelle les populations togolaises à rester mobilisées et à n'a pas  céder à la peur.

La Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) ne pourra pas manifester dans les rues de Lomé samedi prochain. Le ministre en charge de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et du Développement des territoires a refusé la manifestation.

Le gouvernement Tomegah-Dogbe va devoir  faire face à sa première fronde. Sept (7) partis politiques de l’opposition togolaise entendent manifester dans les rues de Lomé le 28 novembre prochain. Une lettre d’information a été envoyée dans ce sens à Payadowa Boukpessi, ministre d’Etat en charge de la décentralisation.

Certains Togolais manifestent l'envie de redescendre dans les rues. Tikpi Atchadam avait annoncé les couleurs au nom de son parti politique. Foly Satchivi a également appelé à descendre sur le macadam pour la défense de la « victoire » d’Agbéyomé Kodjo. C’est dans cette perspective qu’un fonds de solidarité pour 5000 personnes vient d'être lancé.

Gerry Taama condamne  les dernières réactions de l’association « Les Sentinelles » en lien avec la manifestation du 1er août au Togo. Pour le président national du Nouvel Engagement Togolais (NET), Les Sentinelles du Peuple n’ont aucune prérogative de se proclamer groupe d’auto-défense et de chercher à étouffer les manifestations politiques. Le député dit être doublement surpris par le cours de ces événements et invite les autorités nationales à donner force à la loi en mettant fin à un phénomène dangereux pour le vivre ensemble. 

La Dynamique Mgr Kpodzro (DMK) et ses soutiens ont appelé les populations togolaises à manifester samedi contre le pouvoir de Faure Gnassingbé. A cette heure, aucun mouvement n’a démarré à Lomé. Mais les forces de défense et de sécurité sont en alerte maximale. Paradoxalement, des individus armés de machettes et de gourdins se sont regroupés à des carrefours pour « mater » les manifestants de la DMK.

La première manifestation à laquelle a appelé Mgr Kpodzro et les acteurs de sa Dynamique a été dispersée vendredi à Lomé. Cette manifestation a pour mot d'ordre la contestation des résultats provisoires de l’élection présidentielle du 22 février dernier. On dénombre des blessés et des arrestations dans les rangs des contestataires.

Les forces du consensus démocratique ont rejeté jeudi les injonctions du ministre de l’administration territoriale au sujet des manifestations programmées sur le 1er février. Payadowa Boukpessi a décidé de modifier l’itinéraire de la manifestation de samedi et d’interdire le meeting programmé à Agoè. Dans un communiqué, l’organisation annonce l’annulation de toutes ses manifestations. Par ailleurs, les responsables de cette coalition d’organisations de la société mettent en garde le pouvoir de Faure Gnassingbé.

Page 1 of 26
OTR