Ad Top Header

Le Groupe des 5, composé des ambassades d’Allemagne, des Etats-Unis d’Amérique, de France, la coordination du Système des Nations unies et la Délégation de l’Union Européenne est satisfait des progrès réalisés en vue d'une résolution durable de la crise socio-politique. Des progrès obtenus sous l’égide de la CEDEAO et des facilitateurs guinéen et ghanéen. De même, ces chancelleries appellent l'opposition et le pouvoir togolais à prouver leur bonne volonté respective en assumant leurs responsabilités.

La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition a exigé mercredi l’arrêt du processus électoral en cours et la suspension du recensement électoral dont le démarrage est prévu pour le 1er octobre prochain. Le regroupement politique conteste à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) que dirige Kodjona Kadanga, le droit de continuer les activités sans les représentants des partis d’opposition. La Coalition exige par ailleurs la recomposition des démembrements de la CENI ainsi qu'un nouveau chronogramme, faute de quoi, elle se retirera du processus électoral.

L’assemblée nationale togolaise a entamé mardi une session extraordinaire. Deux sujets importants sont inscrits à l’ordre du jour. Il s’agit de l’examen de l’avant-projet de budget de l’Assemblée nationale et de la recomposition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). A l’ouverture de la session, Dama Dramani, le président du Parlement a salué la décrispation apparue ces derniers temps. Il a appelé ses collègues députés à tout mettre en œuvre pour l’adoption par voie parlementaire des réformes constitutionnelles et politiques comme prescrit dans la feuille de route de la CEDEAO.

Au sortir de la 2e réunion du Comité de suivi de mise en œuvre des recommandations de la CEDEAO pour une sortie de crise au Togo, l’opposition s’est félicitée d’avoir obtenu, après d’âpres discussions, la recomposition de la CENI. Une affirmation qui ne passe pas au niveau de la délégation du pouvoir où on estime qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Là-bas, on se réjouit plutôt de la poursuite du processus électoral.

La 2e réunion du Comité de suivi a permis dimanche aux représentants des facilitateurs et au président de la Commission de la CEDEAO de poursuivre les échanges avec les protagonistes togolais au sujet de la mise en œuvre de la feuille de route. A l’issue on note que la composition de la Commission électorale sera revue au plus tard le 30 septembre prochain. Un chronogramme de mise en œuvre des décisions de la CEDEAO a été présenté et les experts électoraux de l’organisation communautaire démarrent leur mission dès lundi.

Le Comité de suivi de la mise en œuvre des recommandations de la CEDEAO pour une sortie de crise au Togo tient depuis quelques heures sa 2e réunion à Lomé. Animée par les représentants des deux facilitateurs en présence des protagonistes, cette réunion est consacrée à l’épineuse question de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). L’organe en charge de l’organisation des prochaines élections est rejeté par l’opposition. Se prononçant à l’ouverture de la rencontre, le Président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Brou a expliqué que ladite réunion devra permettre de trouver des solutions à la question de la CENI en vue du renforcement du processus devant aboutir à des élections libres et transparentes.

Attendus à Lomé cette semaine, les facilitateurs de la CEDEAO n’ont pas finalement effectué le déplacement qui aurait permis de clarifier la question de la Commission électorale et fixer pouvoir et opposition sur l’application des décisions de l’organisation communautaire. Mais en attendant, le Comité de suivi revient à Lomé dimanche prochain pour évoquer l’exécution de la feuille de route. Un retour qui s’annonce après que le gouvernement ait entériné jeudi en Conseil des ministres, les dates du recensement électoral.

Après le Parti national panafricain (PNP) c’est le tour du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) de se désolidariser des futures manifestations de la Coalition de l’opposition programmées dans 19 villes. La position du parti confirmerait la déception de Me Yawovi Madji Agboyibo au sortir de la première réunion du comité de suivi de la CEDEAO qui a eu lieu les 10 et 11 septembre derniers à Lomé.

Gilbert Bawara continue d’assurer que les décisions de la CEDEAO seront appliquées et mises en œuvre de manière intégrale et globale et non de manière sélective. Le ministre de la fonction publique réagit ainsi aux nouvelles critiques portées contre le pouvoir depuis l'annonce par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de la tenue des élections locales et le référendum le 16 décembre avant les législatives du 20 décembre. Il annonce l’adoption imminente d’un projet de loi qui sera introduit au Parlement. De l'autre, le ministre réaffirme la disponibilité du gouvernement s'entendre avec la Coalition sur la question de la CENI pour tenir des élections crédibles.

Le parti national panafricain (PNP) a annoncé mercredi qu’il se désolidarise des prochains meetings projetés par la Coalition de l’opposition sur le week-end prochain. Pour la formation politique présidée par Tikpi Atchadam, l’heure n’est pas à l’organisation des manifestations mais à la mobilisation pour l’accomplissement des mesures d’apaisement. Le parti souhaite une conduite exemplaire devant permettre le retour au pays de son président, toujours en exil.

OTR